Rav Wattenberg - Le Racisme (petit détail) Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
anony





MessagePosté le: Lun 10 Octobre 2016, 21:35 Répondre en citantRevenir en haut

Il ressortirait aussi du Ramban dans Dévarim 23, 20 que Véahavta Léréakha Kamokha ne concerne que le juif MIN HATORAH, il vient donc s'ajouter au Yad Rama et au Rambam (quant aux Rishonim).
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2900

MessagePosté le: Jeu 13 Octobre 2016, 19:34 Répondre en citantRevenir en haut

Bien vu.
La déduction ne s'impose pas, mais c'est vrai que c'est ce qu'il semble penser.

Vous auriez pu -plus simplement- citer le Ramban sur le passouk concerné (Vayikra XIX, 18) duquel il semble aussi qu'il interprète la suite des mitsvot dans ce verset (et précédents) comme des préceptes vis-à-vis de "bnei amekha" et "a'hikha" qui ne devraient donc pas concerner les non-juifs.

Il est probable qu'il y ait encore d'autres commentateurs suivant cette opinion, je n'ai pas vraiment cherché, mon propos (dans ce cours) visait surtout à souligner la position opposée qu'on a tendance à ignorer ou méconnaître, voilà pourquoi j'ai cité plusieurs commentateurs selon lesquels il y a une mitsva d'aimer les non-juifs.

Mais je retiens votre remarque, bravo et merci.
anony





MessagePosté le: Jeu 13 Octobre 2016, 20:32 Répondre en citantRevenir en haut

Rav Binyamin Wattenberg a écrit:
Il est probable qu'il y ait encore d'autres commentateurs suivant cette opinion, je n'ai pas vraiment cherché, mon propos (dans ce cours) visait surtout à souligner la position opposée qu'on a tendance à ignorer ou méconnaître, voilà pourquoi j'ai cité plusieurs commentateurs selon lesquels il y a une mitsva d'aimer les non-juifs.


Je vois, merci à vous en tout cas.
Ulla



Messages: 3

MessagePosté le: Jeu 13 Avril 2017, 21:06 Répondre en citantRevenir en haut

Citation:
Rav Binyamin Wattenberg a écrit:
Bien vu.
La déduction ne s'impose pas, mais c'est vrai que c'est ce qu'il semble penser.

Vous auriez pu -plus simplement- citer le Ramban sur le passouk concerné (Vayikra XIX, 18) duquel il semble aussi qu'il interprète la suite des mitsvot dans ce verset (et précédents) comme des préceptes vis-à-vis de "bnei amekha" et "a'hikha" qui ne devraient donc pas concerner les non-juifs.

Il est probable qu'il y ait encore d'autres commentateurs suivant cette opinion, je n'ai pas vraiment cherché, mon propos (dans ce cours) visait surtout à souligner la position opposée qu'on a tendance à ignorer ou méconnaître, voilà pourquoi j'ai cité plusieurs commentateurs selon lesquels il y a une mitsva d'aimer les non-juifs.

Mais je retiens votre remarque, bravo et merci.


Citation:
Posté le: Mar 19 Avril 2016, 22:18
J'ai espoir d'écrire un livre sur ce thème bez"h, mais je dois d'abord mener à bien d'autres projets en cours.


Cher Rav,

Je vous remercie pour votre courageux cours sur le racisme.

Convertie et d'origine africaine, je vis en Israel où des personnes dites religieuses me lancent le mot "koushite" en guise d'insulte. Certains fidèles s'évertuent à me dire "bonjour" le chabbat alors qu'ils adressent un "shabbat shalom" aux autres fideles... Certains juifs ne voient pas les juifs Ethiopiens comme des juifs à part entière...

Ces situations qui se répètent pour moi et pour d autres juifs noirs sont a mon sens un hiloul Hachem et s'oppose à l'idée d'Ouchmo ehad sans parler de la mitsva d'aimer le converti.

Pourriez-vous svp "développer" ce point dans votre prochain livre.

De meme, la plupart des juifs refusent d'admettre que Tsipora est noire.

Pourriez-vous svp donner les références qui penchent sur cette thèse.

Enfin, le Rav Mickael Liberato m'a conseille de prier pour que tous les juifs aient le daat d'accepter tout juif quelque soit son statut et sa couleur de peau, cette prière a bH commence a faire ses preuves mais il faudrait qu'elle soit prononcée par le plus grand nombre

Vous remerciant pour votre attention

Moadim Lesimha
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2900

MessagePosté le: Ven 14 Avril 2017, 13:18 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Madame.
Je suis bien désolé de lire votre situation, savoir que vous devez subir cette maltraitance par des juifs en Israël est scandaleux et bien désolant.

Le cours en question se trouve sur le site du Centre Alef, ici:
http://www.centre-alef.fr/2016/04/le-racisme/
vous y trouverez aussi des remarques d'internautes et mes réponses.

Vous écrivez
Citation:
des personnes dites religieuses me lancent le mot "koushite" en guise d'insulte

Vous avez raison de souligner qu'il s'agît-là de personnes "dites" religieuses, pas plus.
Vous concernant, ne prenez pas cela comme une insulte, traduisez-le selon le drash des 'hazal (Targoum Bamidbar XII, 1) que Koushit veut dire belle ! Ou encore selon (Moed Katan 16b) que cela signifie avoir de bonnes midot!
Et laissez ces idiots de côté, il y a assez de juifs intelligents et gentils pour ne pas avoir besoin de s'intéresser aux juifs idiots.

Citation:
Certains fidèles s'évertuent à me dire "bonjour" le chabbat alors qu'ils adressent un "shabbat shalom" aux autres fideles

Je comprends que cela soit désagréable et discriminant, je ne cherche pas à les défendre, mais à vous apaiser un petit peu c'est pourquoi je vous dirais que ça dépend si vous parlez-là de personnes sachant que vous êtes convertie ou non.
En effet, on ne dit pas "shalom" qui est un des nom de D.ieu (et donc pas shabbat shalom non plus) à un non-juif.
Si ces personnes ne savent pas que vous êtes convertie, il ne faut pas y voir de la méchanceté de leur part.
Et vous avouerez qu'une femme africaine est rarement juive.
Il y a peu de convertis africains ou japonais...
Mais s'ils savaient que vous êtes juive, il n'hésiteraient pas à vous saluer d'un véritable shabbat shalom.

Citation:
Certains juifs ne voient pas les juifs Ethiopiens comme des juifs à part entière

Là encore, sans chercher à les défendre, je tente de vous apaiser un peu; leur position vis-à-vis des éthiopiens ne vous concerne pas dans la mesure où le doute se rapportant à cette communauté est si les règles halakhiques ont été respectées depuis des siècles ou non.
Il y a lieu de craindre qu'il y ait eu des mariages mixtes , des divorces sans guet kasher (et donc des mamzérim), etc.
Voilà pourquoi, au départ, lorsque les juifs éthiopiens sont arrivés en Israël, leur statut religieux n'était pas clair aux yeux de tous.

C'est un peu comme le cas des Igbos du Nigéria ou des Lembas , même s'ils s'avèrent effectivement descendants de juifs, le sont-ils encore tous halakhiquement?

Mais votre cas est totalement différent, puisque vous êtes convertie, vous êtes donc assurément parfaitement juive.


Citation:
Ces situations qui se répètent pour moi et pour d autres juifs noirs sont a mon sens un hiloul Hachem et s'oppose à l'idée d'Ouchmo ehad sans parler de la mitsva d'aimer le converti.

En effet, c'est scandaleux!
C'est une honte!
Il y a là un 'hilloul hashem terrible.
La Mitsva d'aimer le converti est maintes fois répétée dans la torah et ceux qui la transgressent haut la main de cette manière ne méritent pas d'être considérés comme des "juifs religieux".

Citation:
Pourriez-vous svp "développer" ce point dans votre prochain livre.

Je l'espère.
mais je ne sais pas pour quand ça sera, hélas.

Pour écrire, j'ai besoin de journées entières, pas de quelques heures isolées.
Difficile d'avancer dans ces conditions, je suis pris par mon travail et ne peux pas vraiment me mettre à la rédaction des nombreux livres que j'aimerais écrire.
C'est désolant et terriblement dommage.

Citation:
De meme, la plupart des juifs refusent d'admettre que Tsipora est noire.
Pourriez-vous svp donner les références qui penchent sur cette thèse.


Il y a déjà un verset qui penche pour cette "thèse"! ça devrait suffire, non?
Le passouk dit explicitement que Moïse a épousé une femme Koushit (Bamidbar XII, 1).

Que ce soit Tsipora ou une autre, ça reste la femme de Moshé Rabeinou!

Il y a une ma'hloket Rishonim à ce sujet, selon le Rashbam (ad loc.) , il ne s’agît pas de Tsipora (cette dernière étant midianit et non koushit) mais d’une seconde épouse qui était koushit, noire.
Mais selon le Ibn Ezra , c'est bien de Tsipora qu'il s'agît et elle était noire.

Il y a aussi un sage du Talmud qui était noir -koushi selon Rashi .
Il s’agît de R. Yehouda Indoua , voir Rashi Kidoushin (22b) .
Et selon Rabenou Tam dans Yevamot (101b) , il y en avait un deuxième: Rav Shmouel Bar Yehouda qui serait aussi un converti noir, fils de Rav Yehouda Indoua (d’avant sa conversion).

Je parle de tout ça et d'autres sujets liés plus longuement et plus en détails ici:
http://www.techouvot.com/benediction_mechane_ete_habriot_et_racisme-vt17711.html?highlight=
Ulla



Messages: 3

MessagePosté le: Ven 14 Avril 2017, 13:37 Répondre en citantRevenir en haut

Shalom Rav

Je vous remercie sincerement pour votre reponse et je me permets avec toute modestie de vous proposer mom aide dans votre travail de redaction d un tel ouvrage qui ne pourra qu'aider Am Israel dans son ensemble.

Par ailleurs, je vous ai fait suivre un courrier rapportant un incident qui a eu lieu en France qui ne manquera de vous faire reagir...

Hag sameah et shabbat shalom
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2900

MessagePosté le: Ven 21 Avril 2017, 14:32 Répondre en citantRevenir en haut

Vous disiez me faire suivre un courrier rapportant un incident, je ne le vois pas.
Je ne pense pas que l'on puisse ajouter une "pièce jointe" sur Techouvot, il faut faire un copié-collé du texte en question.


Je vous remercie vivement de votre proposition d'aide, je l'accepte avec joie, mais je ne vois pas vraiment de quelle manière pourriez-vous m'aider dans l'immédiat afin de permettre la production de cet ouvrage.

Ce dont j'ai besoin, c'est d'avoir du TEMPS.
(vous avez peut-être un peu de temps libre , mais de VOTRE temps. Or, ce dont j'ai besoin, c'est de MON temps...)
J'imagine que vous n'avez pas ça en réserve.

Je suis pris par des obligations professionnelles (et autres nécessités de Parnassa) qui m'empêchent malheureusement de publier plusieurs livres que j'aimerais pourtant rédiger et publier.

Je ne vois pas de solution.
Si ce n'est faire sponsoriser la rédaction de ces livres afin de pouvoir arrêter de travailler et me consacrer à l'approfondissement de ces sujets, à la rédaction et à la diffusion de livres, mais là, vous imaginez le budget...

Toutefois, si vous trouvez un mécène intéressé, je le suis aussi :)
Il serait trop dommage de ne pas écrire et diffuser ce livre et tant d'autres qu'il me tient à cœur d'écrire...
Ulla



Messages: 3

MessagePosté le: Dim 23 Avril 2017, 16:13 Répondre en citantRevenir en haut

Shalom Rav,

Je parlerai blineder de votre projet de redaction autour de moi

Vous remerciant pour votre reponse, voici le courrier dont s'agit:

AM-ISRAËL-FARAFINA
Chez Hortense Tsiporah BILE
5 bis rue du Dahomey
75011 Paris
Tel : 06 48 74 83 97
www.amifarafina.com
amifarafiana@gmail.com

4 PJ
Paris, le 3 avril 2017

Objet : Stop au racisme anti juifs-Noirs-Métisses-Basanés

Monsieur le Président du Consistoire, Monsieur le Grand Rabbin de France, Excellence Madame l’Ambassadrice d’Israël, Monsieur le Président du CRIF, Monsieur le Président du BNVCA, Messieurs les Présidents des Instances Juives de France, Messieurs les Rabbins des Synagogues Consistoriales, Breslevs, Libérales, Orthodoxes, Monsieur le Président de SOS Racisme, Honorables, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais avant tout propos, vous remercier de l'attention que vous accorderez à la lecture de la lettre ouverte que je vous adresse, je voudrais à travers vous, remercier l'ensemble de la Communauté, et le BNVCA, pour leur soutien, et dévouement, face à de nouveaux défis sécuritaires pour la protection des Juifs, et des non Juifs de France, dire mon infinie reconnaissance au soutien fraternel du BNAI-BRIT qui ne nous a jamais écarté des leviers des décisions qui concernent les organisons de conférences, et d'événements dans l'optique de nous faire mieux connaître, du soutien indéfectible des irréductibles communautés juives libérales et laïques, bien qu'elles ne soient pas en honneur de sainteté aux yeux des communautés supposées plus religieuses, plus pratiquantes, ma gratitude sans limite, aux amis(es), adhérents(es) et partenaires soutiens de toujours à notre Association et à notre cause, et enfin aux historiens, à tous les chercheurs, à certains médias Juifs, et à ces Rabbins en Israël qui s'attèlent sans relâche à la découverte des tribus perdues d'Afrique Sub- Sahélienne et des Caraïbes.
L'unité de la Communauté est menacée depuis plusieurs années par un climat de suspicion et de rejet à l'encontre des Juifs Noirs, souvent, à l'arrivée d'un Juif Noir devant certaines synagogues ou autres lieux Juifs. Le visage des Juifs Noirs, Métisses, ou Basanés, manque à l'appel, manque encore à l'appel, manque toujours à l'appel. Nous avons, nous Juifs Noirs, une grande histoire, une histoire à notre histoire, manque lacunairement, et singulièrement, à la galerie de l'histoire des Juifs. L'Afrique, la matrice de notre existence, a joué un rôle crucial dans l'Histoire des Juifs, elle mérite de la gratitude, nous nous devons de faire découvrir aux générations actuelles et celles à venir, sa mission, la couvrir, la couver, et non la trahir. Nous Juifs Noirs, existons depuis l'âge Biblique, nous devons nous adapter et faire accepter notre présence sur la fresque des Juifs, il est illusoire de nous imaginer faibles, « Un homme bâtit la maison, et un autre l'habite », la communauté des Juifs Noirs n'est pas une communauté ordinaire, il est donc impératif de faire tout ce que nous pouvons avec sagesse, pour unir, et rassembler tous les Juifs, sans ambages ni maquillage, croyants, non croyants, pratiquants, moins pratiquants, non pratiquants, Noirs, Blancs, par la communication, l'information, la formation, l'instruction, l'éducation, la culture, l'insertion, la tolérance, l'amour, le respect de l'autre, la même rémunération de leur travail, une même chance pour tous, une existence à égalité de droits que de devoirs. Si nous parvenons à l'aboutissement de cet engagement étreint par les bâtisseurs, le solide édifice bâti par nos anciens restera débout ! Une reconquête pour une Communauté réconciliée, unifiée est impérative à ce jour. On ne transforme pas une communauté sans être capable d'en écrire son histoire, l'histoire doit être écrite, et elle s'écrira. Le Judaïsme n'a ni odeur, ni couleur, souvenons-nous de Ruth la Moabite, descendante de notre vénéré Roi David, « on est toujours responsable de ceux qu'on apprivoise ». Le Judaïsme n'a pas changé, les humains en ont changé les donnes. Nous «AMIFA », sommes présents à quasiment toutes les manifestations de soutien aux Juifs, à Israël, et à la France, (voir pièces-jointes) nous, Juifs Noirs sommes solidaires parce que « la morale est individuelle, et l'éthique générale », « lorsqu'une seule larme d'un Juif coule, nos larmes coulent ». ÊTRE Juif Noir, n'est pas un effet de mode, être Juif est une lourde charge à porter, être Juif Noir est une double lourde charge à porter. Il est dit: qu'on est Juif par la mère Juive, et pourtant, les Juifs métisses de mère séfarade ou ashkénaze de père africain, caribéen, ou autre peau foncée, sont rejetés et méprisés, dans certains cas, ils changent de nom et portent celui de leur mère, le rejet reste existentiel, la couleur de peau, ne change pas ! Nous nous devons de remettre le racisme à sa place, elle ne doit en aucun cas exister dans notre si belle religion, si belle communauté, ensemble concevons une renaissance de la genèse et épopée pour une grande famille, il serait inconcevable d'imaginer « qu'un seul doigt peut soulever un caillou », l'histoire des premières icônes, manquent aujourd'hui à l'appel, cette avant-garde de ces icônes, mérite notre respect, notre reconnaissance.

Permettez-moi enfin et peut-être surtout, de placer ce problème qui porte le souffle de notre mal être sous votre patronage, et vous entretenir des faits.
À l'approche de Pessah, au moment où tout Juif se précipite pour le nettoyage du 'Hamets, dans tous les coins et recoins, n'est-il pas plus important de nettoyer le 'Hamets qui habite notre cœur ? Le 18 Mars 2017, « Parasha Ki-Tissa », la parasha du demi-shekel, shabbat Para, un évènement malheureux, et insultant, blessant, déshonorant, s'est produit à l'entrée de la Grande synagogue Paul VALLERY de Sarcelles, une fois encore un Juif Noir a subi le mépris honteux par d'autres Juifs, une fois de trop ! Il est tout à fait nécessaire que pour la sécurité de tous, les responsables de la sécurité procèdent au contrôle avant de laisser entrer une personne qu'ils ne connaissent pas dans la synagogue, néanmoins les agissements racistes et haineux inhumains de certains dépassent l'entendement, oui je parle bien de racisme et de haine, et non de zèle, terme trop souvent utilisé pour excuser ces comportements honteux , néfastes et inhumains de nos frères Juifs Blancs, en essayant de régler le problème au cas par cas par des excuses « il faut appeler un chat, un chat », de même que tous les Noirs ne sont pas « COULIBALY l'assassin d'une antillaise et de Juifs de l'HyperCacher », tous les Orthodoxes ne sont pas Yigal AMIR assassin le 4 Novembre 1995 de Itzhak RABIN. Nous nous opposons à cette manière de tuer notre âme, la première victime de l'Histoire Sainte s'appelle Abel, « le fait de souffler, de respirer », aucun Juif n'a le droit de refuser à un autre Juif quelle que soit son origine l'accès à une synagogue, lieu de prières pour tout Juif. Nous Juifs Noirs, revendiquons notre droit à la prière, « lorsque vous souriez et que vous vous sentez en sécurité, c'est parce que quelqu'un a prié pour vous », lorsque vous blessez l'âme d’une personne, comment voulez-vous que cette personne dise « le Nichmat kol 'haï », « que l'âme de tout ce qui vit loue TON NOM ».

Gédéon YAYIR KOHEN ayant passé shabbat chez sa sœur aînée Sarah YAYIR KOHEN qui habite la rue Paul VALERY à Sarcelles, s'est rendu à la Grande synagogue Paul VALERY, recouvert de son taleth, sa kippa sur la tête: le nom « YAYIR », dont l'étymologie est : « tu éclaireras », est porté depuis des générations par des centaines de milliers de familles du peuple de la tribu « DAN » de Côte d'Ivoire et d'autres pays d'Afrique sub-sahélienne.

La sécurité: Que viens-tu faire ici ?
Gédéon: Je viens assister à l'office
Ta carte d'identité ?
C'est shabbat je ne porte pas.
Ton nom ?
Gédéon YAYIR KOHEN
Ton adresse ?
J'habite le 18eme arr.
Pourquoi viens-tu ici ?
Je passe Shabat chez ma grande sœur.
Le nom et l'adresse de ta sœur ?
Sarah YAYIR KOHEN, elle habite cette rue.
Le nom de ton père ?
Djessia YAYIR KOHEN
Es-tu Juif ?
Oui
Où vas-tu à la synagogue ?
À Montmartre.
Parles-tu et lis-tu l'hébreu ?
Je lis, mais je parle un petit peu.
Es-tu déjà allé en Israël ?
Oui, avec «Taglit » en 2015
Suis-nous, ils emmènent Gédéon hors caméra
Ton numéro de téléphone ? (il donne son numéro de téléphone)
Ton mail ? (il donne son mail)
Ton Facebook ? (il donne son Facebook)

Ils vérifient, se rendent compte qu'il dit vrai, et néanmoins appellent la police, qui arrive et procède à une fouille si humiliante. N'ayant rien trouvé, la police, au vu de sa kippa sur la tête, lui dit être surprise qu'il existe des Juifs noirs, en ajoutant en s'en allant que c'est du racisme. Malgré la grande fouille qui n'a rien donné, la sécurité ne lui a pas permis d'entrer prier.

Gédéon calmement leur a dit merci et est ensuite reparti, blessé, humilié, déshonoré, meurtri par une douleur intérieure déjà présente juste endormie par le temps.

Ils ont versé du piment sur la plaie existante, pour avoir subi ces humiliations toute son enfance, il dit qu'ils lui ont tué sa « neshama », « son âme ». Tout dans ce monde est « vanité », la seule chose qui nous restera devant D.ieu est bien notre âme. Cette fois, c'est une fois de trop. Avec le cri du cœur, nous disons STOP, nous contestons, nous protestons, contre cette exclusion, ce rejet, cette humiliation, ce mépris, ce déshonneur, ce dédain, ce racisme, ce manque de respect de l'autre. Nous disons NON au fait de devoir toujours se justifier d'être Juif, nous ne sommes pas un dessin animé, ni une bête curieuse, ni des sous-Juifs, et disons NON à ces regards sournois ou ahuris lorsque nous entrons dans certaines synagogues, nous ne sommes pas des clowns, ni des « OVNIS », n'avons pas la lèpre, ne venons ni pour manger ni pour mendier, nous sommes des êtres humains, des terrestres. Nous ne voulons pas entrer dans une synagogue, et faire comme « la panthère qui essaie d'effacer ses tâches pour être comme les autres ». Nous avons plus que jamais besoin des uns et des autres pour être plus solides «un seul arbre permet de fabriquer des millions de milliers de buchettes d'allumettes », une seule buchette d'allumette brûle des millions de milliers d'arbres ».
Dans cette même synagogue, la sœur aînée Sarah YAYIR KOHEN de Gédéon YAYIR KOHEN, a été traitée par un adulte vacciné, de noire comme du goudron, donc pas Juive ! et s'est vue refuser il y a quelques années la vente de viande dans une boucherie cacher, par un boucher qui lui a demandé d'aller dans une boucherie Hallal, son mari (séfarade) a dû aller crier au scandale, ce qui lui a valu des excuses. Cette grande famille de 12 enfants a été meurtrie dans l'âme pendant des années. Leur père, pour les protéger de ces humiliations, a procédé à plusieurs déménagements. Le pire a été leur déménagement à Saint Mandé où ensuite le père a pris la décision de tout célébrer chez eux, certains de ses enfants comme Mickaël YAYIR KOYEN après avoir célébré une Bar-Mitsvah brillantissime n'a plus supporté le rejet, et, devenu adulte, ne veut plus entendre parler de judaïsme, se cache même d'être Juif.
Toujours dans cette Grande synagogue de Sarcelles, un shabbat, Mickaël DARMON alors encore adolescent, de mère séfarade, de père indien, habitant à Perpignan, en visite après la célébration de sa Bar-Mitsvah en 2010 chez sa tante, la sécurité le laisse entrer dans un premier temps après l'avoir questionné, pour ensuite aller lui demander de sortir pendant l'office, il a emmené hors caméra, l'a dévêtu, battu et lui a dit «dégage» en le traitant de terroriste. Dove, un prénom qu'il n'oubliera jamais, il est marqué dans sa « neshama » à vie ! Sa tante fidèle de la synagogue l'a emmené le lendemain pour des explications, des excuses lui ont été présentées, mais des excuses acceptées ne suffisent pas à réparer le mal et le mépris, vécu une fois de trop. Mickaël aujourd'hui a tourné le dos au Judaïsme.
À la synagogue de Villiers le Bel, une famille dont la mère est séfarade, le père antillais a assisté au refus par le Rabbin de laisser entrer le père, venu accompagner son épouse et ses enfants pour honorer sa défunte belle-mère le Shabat après son enterrement, afin de lui rendre un dernier hommage, le Rabbin a refusé qu'il entre dans la synagogue, parce qu'il est impur. Résultat, choqués, les enfants déjà stigmatisés par la couleur de leur peau, l'ont vécu tellement mal, que ses enfants se sont détournés de la religion, en particulier son fils de manière catégorique ne veut plus qu'on dise qu'il est Juif.
Mon fils Ange-Mickaël, kippa sur la tête, taleth sous son blouson, et moi, le 10 Janvier 2010, avons aussi été victimes d'un débordement de la sécurité de la synagogue de la Roquette, alors que nous venions assister à la célébration de la Bar-Mitsvah du fils d'une amie que j'ai aidé à parfaire la cantilation des prières, et la drasha, la sécurité a demandé notre pièce d'identité, la carte d'invitation, que nous n'avions pas. Il nous a été demandé de revenir pour la seouda. J'ai alors adressé un courrier au Président du Consistoire Joël MERGUI, et au Président du CA de la Roquette. De tels exemples, il en existe plusieurs, à Paris, région parisienne et d'autres villes de France.

Il y a cinq choses que nous ne pouvons rattraper:

1 La prière après l'avoir lancée
2 Le mot après l'avoir dit
3 L'acte après l'avoir posé
4 L'occasion après l'avoir perdue
5 Le temps lorsqu'il passe

Le rejet a toujours peur de « l'Amour ». Aucun rejet, aucun mépris, aucune haine, aucune humiliation, ne me fera reculer, ou abandonner cette marche vers la liberté et le droit d'accès à des lieux qui sont aussi les nôtres. Femme, mère de famille, fer de lance d'une multitude, je n'ai ni peur de faire de la prison pour ce combat, la prison est faite pour les humains, ni peur d'être tuée, car la mort doit arriver un jour ou l'autre. J'irai jusqu'au bout, l'amour est plus fort que la haine, la culture plus élevée que l'ignorance qui elle, est à l'opposé de la liberté, et plus obscure que la mort. Nous avons des valeurs à protéger, à respecter, nous ne fléchirons jamais le genou si ce n'est devant Notre CREATEUR, nous revendiquerons toujours pour l'égalité de nos semblables. Juifs nous sommes, Noirs nous demeurerons. Personne ne peut anéantir les projets qui commencent entre les mains de l'ETERNEL. Chaque erreur du passé devrait être une leçon pour le futur. Nous désirons le bien, le mieux pour tous les Juifs et l'humanité, car même « notre ombre peut nous abandonner dans le noir ». « Nous devons ensemble avoir une réflexion profonde essentielle et existentielle afin d'éviter l'irréparable, car lorsque deux éléphants se battent, les arbres et les herbes en pâtissent ».
Brisons les chaines de l'étroitesse pour naître à la liberté, en répétant, répétant, répétant encore et encore sans se lasser pour créer une profonde empreinte dans le cœur de chaque juif pour construire, et nous récolterons une moisson de merveilles.
Nous sommes tous juifs parce ce que tous fils de YEROUSHOUN (JACOB). Nous avons demandés: Fasse à l'Eternel qu'aucune goutte de sang humain ne soit versée par nous ni à cause de nous, que nos différents soient réglés par le dialogue.

Psaume 126 V3 à V6: « L'Eternel a fait pour nous de grandes choses ; Nous sommes dans la joie. Eternel, ramène nos captifs, comme des ruisseaux dans le midi ! Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d’allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse quand il porte ses gerbes. »
Que ce Psaume nous conduise tous à une grande réflexion, .D.ieu nous bénisse tous.

HAG PESSAH SAMEAH CACHER SAMEAH
H.BILE

Hortense Tsiporah BILE
Présidente AM-I-FARAFINA
Site: http://www.amifarafina.com

Kol touv
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2900

MessagePosté le: Mer 03 Mai 2017, 18:13 Répondre en citantRevenir en haut

Je prends note de votre courrier.
En effet il y a un problème.
Mais il est différent de celui dont je parle.

Le racisme que je dénonce dans ce cours est un mépris, une haine ou tout au moins un manque de sympathie à l'encontre du GOY.
Tandis que vous nous parlez de la même chose à l'encontre du juif qui paraît (physiquement) goy.

Je suis sûr que les problèmes que vous rencontrez se feraient bien plus rares avec des personnes qui vous connaissent en tant que juive.

Ils n'ont rien -je pense- contre votre couleur de peau, mais ils vous croient non-juive, d'où la suspicion en raison des dangers que nous connaissons.

Généralement, si une personne Noire est impliquée -ou au moins connue dans une communauté juive, elle ne rencontre pas de discriminations en son sein.
Le problème ne se pose que lorsqu'elle n'y est pas connue, la sécurité n'étant pas habituée à rencontrer des juifs Noirs, y voit un danger.

C'est un souci, mais ce n'est pas celui que je dénonce.
Je parle d'un autre problème, celui du mépris parfois ressenti par des juifs à l'encontre d'un non-juif -et pas pour des raisons de sécurité.

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un Noir (américain) venait à la synagogue de la rue Pavée, il était converti au judaïsme.
Je ne crois pas qu'il ait rencontré un quelconque problème en raison de sa couleur de peau.
J'imagine qu'il a dû lui être demandé ce qu'il voulait, ou s'il était juif, mais rien de vexant, il est normal que ces questions arrivent dans un pays où il n'y a que très peu de Noirs juifs.

Pour finir, je me permets de vous donner un conseil:
Comme je suppose que vous n'avez reçu aucune réponse du Consistoire (ou autres instances), ni constaté aucun changement, je vous suggère de reprendre votre lettre et de l'écourter de 80% afin d'accroître de 80% les chances qu'elle soit lue.

Vous pouvez imaginer que le Consistoire reçoit de toutes sortes de personnes des tas de lettres sans fin tous les jours, je ne pense pas qu'ils les lisent toutes.
La vôtre est particulièrement longue et risque donc d'être élue rapidement pour finir au fond d'un tiroir (voire d'une corbeille).

Si vous vous contentiez de rapporter les faits datés et localisés comme vous le faites, sans y ajouter tous ces passages qui découragent de la lire, je pense que nous aurions plus de chance qu'elle soit prise en compte, du moins je l'espère.
Vous ne perdez pas grand chose -il me semble- à tenter le coup.

En espérant que les choses progressent, je vous souhaite la Hatsla'ha.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum