racisme Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
benn



Messages: 5

MessagePosté le: Lun 02 Janvier 2017, 23:15 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Rav Wattenberg,

tout d'abord je vous remercie pour l'excellent cours que vous avez donné il y a quelques mois sur "le racisme" vu parla thora, c'est un projet qui fait écho j'en suis sûr à un grand nombre de juifs, même pratiquants, car en effet, certaines "zones d'ombre" (pour rester dans l'euphémisme) pouvaient exister sur le sujet.


Je souhaiterais que vous m’éclairiez s'il vous plait quelques points qui me turlupinent:

1) Vous avez débuté votre cours par cette guémara dans Méguila 10b où l'on nous renseigne sur la remontrance que Hashem a faite aux anges désireux de chanter une louange, lors de la traversée de la mer rouge, car elle provoqua aussi la noyade des égyptiens. Comment expliquer alors le chant entonné précisément par les Bné Israël eux-mêmes? Sommes-nous, nous autres humains, dispensés des sentiments altruistes de base que l'on exige des anges?

2) Nous savons tous que le mari peut divorcer son épouse "baal kor'ha"(=contre son gré). Il est vrai que Rabbénou Guérchom a mis fin à cette pratique, mais quelques interrogations subsistent:

- comment s'arrangeait-on avant Rabbénou Guérchom? La guémara Yébamot 106a (entre autres) nous explique que l'on pouvait frapper le mari "jusqu'à ce qu'il dise "je le veux"(donner le guet)" mais il me semble qu'on avait recours à cette pratique uniquement lorsque la femme avait des raisons plus que valables de demander le divorce, mais en aucun cas pour des raisons personnelles(qui en outre pouvaient motiver le divorce demandé par le mari).

- de plus, lors de la rédaction de la Guémara au Vème siècle, pouvait-on avoir encore recours à cette pratique?

- enfin, il nous faut dire que de nos jours, nous savons ô combien cette loi représente une "injustice"( avec des guillemets, car conscient que cela n'est absolument pas envisageable dans notre Thora divine) pour grand nombre de femmes emprisonnées par des sales maris qui refusent obstinément de donner ce fameux guet.
Peut-on envisager plus "injuste" que cela pour l'ensemble des époques couvertes par cette question?

3) comment comprendre le Zohar (Béréchit 47a) qui affirme que la néchama du goy est "houlin"(dénuée de sainteté)? Une parcelle de D. Peut-elle être "houlin"?

4) Vous dites dans le cours que la majorité des goyim, surtout en Europe, en France, sont civilisés et ne correspondent pas à la description que la Guémara en faisait.
J'aimerais comprendre car les mœurs des goyim sont aujourd'hui complètement dépravées : regardez ce qu'on nous présente à la télé, au cinéma, sur les magazines, dans les rues, à la radio, le nombre de sites pornographiques qui pullulent sur le net et dites moi comment faire confiance aujourd'hui à un goy de notre société.

Je m'explique: il est vrai que le monde est imprégné d'une conscience moral jusque là inconnue, mais comment en étant goy, peut-on résister à tout cet attirail en faveur de la débauche sexuelle? Je veux dire que nous même, sans la thora, je ne vois pas comment on le pourrait ( en plus nous avons la brit mila). Et si l'on me répond que précisément le goy en général combat ce phénomène, je refuse car regardez le nombre de divorces dans notre société suite à l'adultère, regardez qu'il est encouragé par l'ensemble des films, regardez que les sites d'échangisme prolifèrent grandement et que l'infidélité fait rage dans notre société.

Et le pire c'est que je ne vois que très difficilement comment un goy pourrait combattre cette tendance sachant qu'il sortirait de la " norme" en le faisant et devrait livrer une bataille extrêmement dure.
Vous me répondrez peut-être que ces circonstances atténuantes sont justement elles qui nous permettent de réhabiliter les goyim aux yeux de la thora, j'aimerais avoir votre avis.



Merci beaucoup Rav Wattenberg pour votre disponibilité et pour le temps que vous prenez de nous enseigner, de nous écouter (ou lire) et de nous répondre.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2757

MessagePosté le: Mer 04 Janvier 2017, 23:53 Répondre en citantRevenir en haut

Je réponds rapidement, par manque de temps.

Citation:
tout d'abord je vous remercie pour l'excellent cours que vous avez donné il y a quelques mois sur "le racisme" vu parla thora

Avec plaisir, je suis content que vous l'ayez apprécié, car ce shiour en a "dérangé" plus d'un...

Citation:
c'est un projet qui fait écho j'en suis sûr à un grand nombre de juifs

Je l'espère, car ce cours venait dénoncer un très grand moteur de 'Hilloul Hashem dans notre génération.

Citation:
... Comment expliquer alors le chant entonné précisément par les Bné Israël eux-mêmes? Sommes-nous, nous autres humains, dispensés des sentiments altruistes de base que l'on exige des anges?


1) il me semble que j’en parle dans ce cours… ou alors j’en ai parlé ailleurs, je ne sais plus.
L’idée est liée à ce que dit la Gmara dans Sanhedrin (39b) et Meguila (10b) « Hou eino Sas, aval a’hérim messis », c-à-d que D.ieu ne demande pas à l’homme (aux hébreux) de ne ressentir AUCUN sentiment de joie lorsque les égyptiens meurent, car somme toute, ils les ont asservis et fait souffrir durant des siècles.
Mais Lui-même ne se réjouit pas (et en demande autant des Malakhim).

Cependant, même l’homme doit modérer sa joie, c’est ce que ces Gmarot viennent nous enseigner et c’est aussi pourquoi on ne dit pas le Hallel complet lors de Yom Tov A’haron de Pessa’h (jour de la noyade des égyptiens), comme l’explique le ‘Havot Yaïr (§225) .

Citation:
2) Nous savons tous que le mari peut divorcer son épouse "baal kor'ha"(=contre son gré). Il est vrai que Rabbénou Guérchom a mis fin à cette pratique, mais quelques interrogations subsistent:

- comment s'arrangeait-on avant Rabbénou Guérchom? La guémara Yébamot 106a (entre autres) nous explique que l'on pouvait frapper le mari "jusqu'à ce qu'il dise "je le veux"(donner le guet)" mais il me semble qu'on avait recours à cette pratique uniquement lorsque la femme avait des raisons plus que valables de demander le divorce, mais en aucun cas pour des raisons personnelles(qui en outre pouvaient motiver le divorce demandé par le mari).

- de plus, lors de la rédaction de la Guémara au Vème siècle, pouvait-on avoir encore recours à cette pratique?

- enfin, il nous faut dire que de nos jours, nous savons ô combien cette loi représente une "injustice"( avec des guillemets, car conscient que cela n'est absolument pas envisageable dans notre Thora divine) pour grand nombre de femmes emprisonnées par des sales maris qui refusent obstinément de donner ce fameux guet.
Peut-on envisager plus "injuste" que cela pour l'ensemble des époques couvertes par cette question?


2) quel rapport avec le racisme (qui est -dois-je vous le rappeler- votre titre, ainsi que vos autres questions) ?
vous voulez parler d’un mariage mixte ?

si vous avez d’autres questions, merci de ne pas allonger ce post qui l’est déjà assez, veuillez ouvrir un post séparément, qu’on puisse s’y retrouver, merci.


Citation:
3) comment comprendre le Zohar (Béréchit 47a) qui affirme que la néchama du goy est "houlin"(dénuée de sainteté)? Une parcelle de D. Peut-elle être "houlin"?


3) C’est faux, relisez votre Zohar, il parle très explicitement des Ovdei Avodat kokhavim oumazalot (et rapportez-vous au shiour en question pour comprendre ce que cela change).

Citation:
4) Vous dites dans le cours que la majorité des goyim, surtout en Europe, en France, sont civilisés et ne correspondent pas à la description que la Guémara en faisait.
J'aimerais comprendre car les mœurs des goyim sont aujourd'hui complètement dépravées : regardez ce qu'on nous présente à la télé, au cinéma, sur les magazines, dans les rues, à la radio, le nombre de sites pornographiques qui pullulent sur le net et dites moi comment faire confiance aujourd'hui à un goy de notre société.
Je m'explique: il est vrai que le monde est imprégné d'une conscience moral jusque là inconnue, mais comment en étant goy, peut-on résister à tout cet attirail en faveur de la débauche sexuelle? Je veux dire que nous même, sans la thora, je ne vois pas comment on le pourrait ( en plus nous avons la brit mila). Et si l'on me répond que précisément le goy en général combat ce phénomène, je refuse car regardez le nombre de divorces dans notre société suite à l'adultère, regardez qu'il est encouragé par l'ensemble des films, regardez que les sites d'échangisme prolifèrent grandement et que l'infidélité fait rage dans notre société.
Et le pire c'est que je ne vois que très difficilement comment un goy pourrait combattre cette tendance sachant qu'il sortirait de la " norme" en le faisant et devrait livrer une bataille extrêmement dure.
Vous me répondrez peut-être que ces circonstances atténuantes sont justement elles qui nous permettent de réhabiliter les goyim aux yeux de la thora, j'aimerais avoir votre avis.



4) Vous dites que « les mœurs des goyim sont aujourd'hui complètement dépravées », je vous ferais remarquer deux choses :

A) elles le sont vraiment moins qu’à certaines époques, vous ne pouviez pas le savoir car vous n’étiez pas né, mais lisez les livres d’histoires, vous verrez.

B) Ces mœurs sont elles beaucoup plus dépravées chez les Goyim que chez les juifs ? (Êtes-vous déjà passé à Tel Aviv ? )
Il y a malheureusement aussi beaucoup de juifs qui se comportent mal, alors oui, il y a aussi des juifs qui se comportent très bien, mais il y a aussi des Goyim qui se comportent très bien.

Cette attitude qui consiste à être toujours suspicieux de la probité, de l’honnêteté, de la moralité d’un « étranger » à son propre groupe ethnique/religieux est un fléau qu’il faut savoir dépasser.
Je connais des Goyim vraiment Tsadikim Elyonim, il ne faut pas faire de généralités.

Je connais aussi des Goyim qui sont persuadés que les juifs ont des mœurs dépravées, sont tous des voleurs, cruels et méchants dont le but est de "diriger le monde"...
Vous voyez, chacun s'imagine l'autre de manière catastrophique, dommage.
S'il y a des mœurs déplorables chez certains non-juifs, on ne peut pas et on ne doit pas décider que toute personne "non juive" se comporte forcément de la sorte.

(Je ne viens pas vous dire qu'il faille se marier avec des goyim, mais je viens vous dire que cet interdit n'a rien à voir avec des éventuelles mœurs défaillantes ou répréhensibles, car le issour s'appliquera même vis-à-vis d'un goy Tsadik.)
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum