Que penser du rachat de l'âme pour un malade ? Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
cheelnaute



Messages: 109

MessagePosté le: Lun 01 Mai 2017, 13:18 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour

Que pensez-vous du rachat de l'âme pour un malade assez profondement atteint (type maladie grave) ?
Un ami m'a parlé de cela, est-ce que cela a un smakh, ou est-ce purement sgouli ? Doit-il être fait par un talmid haham ? Ne doit-il être fait que quand une situation est chaotique has veshalom ?

merci
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 2994

MessagePosté le: Mer 22 Novembre 2017, 0:52 Répondre en citantRevenir en haut

Citation:
Que pensez vous du rachat de l'ame pour un malade assez profondement atteint ( type maladie grave ) ?
Un ami m'a parlé de cela, est-ce que cela a un smakh ou est ce purement sgouli ? Doit il etre fait par un talmid haham? Ne doit il etre fait que quand une situation est chaotique has veshalom?


Je ne sais pas, mais ça ne m’inspire pas confiance.

La notion de Tsedaka, oui.
La notion de Tfila, oui.
Celle de tshouva, aussi (Tshouva/Tfila/Tsedaka Maavirin et Roa Hagzeira), mais le Pidion Nefesh qui consiste à [ne pas faire tshouva et à] donner une somme d’argent à un pseudo-kabbaliste Am Haarets pour qu’il fasse quelques incantations comme un sorcier, bof.

La clé est Tshouva/Tfila/Tsedaka , ça marche mieux que Pidion Nefesh et Cie.

Si vous connaissez un vrai Tsadik et Talmid ‘Hakham qui accepte de vous faire un Pidion Nefesh, allez-y.
Ça sera toujours positif, car c’est une Tsedaka à un Talmid ‘Hakham et ses prières seront certainement plus intéressantes que celles du pseudo-kabbaliste en herbe qui ne s’intéresse qu’à votre bourse (enfin, surtout à la sienne) et pas à votre souci.

Mais ne décidez pas de la Tsidkout de la personne (ni de son caractère de Talmid ‘Hakham) en vous basant sur l’impression qu’il vous donne par la longueur de sa barbe et la largeur de son chapeau ou encore quelques bigoteries volontairement affichées.

Si vous n’avez pas d’autres moyens de jauger le rabbin, ne faites pas confiance à votre jugement.
Questionnez votre Rav au sujet d’un candidat repéré.

Si un rabbin accepte de vous faire un Pidion Nefesh gratuitement, c-à-d en vous laissant choisir vous-même le destinataire de la somme d’argent consacrée au Pidion et en ne gardant (/prenant) rien pour lui, c’est bon signe.
Donnez l’argent (après les incantations du rabbin) à un Talmid ‘Hakham dans le besoin et demandez-lui de prier pour vous.

Mais si le Pidion Nefesh impose de laisser la somme d’argent chez l’incantateur (ou son ayant-droit), méfiez-vous.

La Gmara Baba Batra (116a) nous dit מי שיש לו חולה בתוך ביתו, ילך אצל חכם ויבקש עליו רחמים
"Celui qui a un malade dans sa maison (=famille), qu'il aille chez un 'Hakham pour qu'il implore la miséricorde divine"
(C'est une traduction libre et le texte en hébreu est une retranscription seulement de mémoire -sans vérifier la formulation exacte. Mais le point important est qu') il n'est pas question d'aller voir un kabbaliste, ni un sorcier, ni de faire un Pidion Nefesh, ni une Seoudat Amenim, ni une récitation de Ketoret (dans un parchemin écrit par Baba Salei ) ou de Perek Shira (yashar vehafoukh -of course) , mais d'aller voir un 'Hakham, un sage en Torah .

Le Nimoukei Yossef (ad loc) précise que le Minhag (l'habitude) en France est d'aller spécifiquement voir un Rav Hatofes Yeshiva , un Rav qui "tient une Yeshiva", qui enseigne la Torah (certainement pour le Zkhout Talmoud Torah Derabim) .

Bien sûr, il parlait de la France de son époque, s'il savait à quel point les choses allaient changer...
Il y a quelques siècles la France était le centre mondial de la Torah, les rabanim d'Israël (et d'ailleurs) ne faisaient pas le poids devant les Yeshivot françaises et leurs rabanim.
Hélas, les yeshivot (françaises) ont fermé (à la fin du XIIIème siècle, ça allait déjà très mal, mais l'expulsion sous Philippe le Bel en 1306 a donné le coup de grâce aux réseaux des Yeshivot) et le judaïsme s'est inéluctablement effondré.

Depuis toujours, on ne trouve de grandes concentrations d'érudits en Torah, que dans les pays qui entretiennent de grandes (bonnes) yeshivot.
De nos jours, c'est surtout en Israël et aux USA (et un peu en Angleterre).

Le judaïsme français a un grand potentiel, mais extraordinairement mal exploité -kedarko bakodesh...
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum