problème shlom bayit Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
goku



Messages: 16

MessagePosté le: Sam 01 Janvier 2005, 19:55 Répondre en citantRevenir en haut

chalom voila ma soeur qui a 47 ans et 2 enfants s'est violement disputée avec son mari et souhaite divorcer
Cepandant mon neveu connait la raison de cette disgrace et il pense (moi aussi)qu'elle est futile et qu'une reconciliation et tt a fait possible
Moi je ne suis pas tres religieu mais mon neuveu l'est et il m a parle du psaume 139 et aussi de faire un jeune(je l'en ai dissuader car on ne connait pas les alahots de ces jeunes)
de+ existe t il une priere speciale
(pourrai je avoir une reponse rapide car le temps est compté merci d'avance)
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3353

MessagePosté le: Lun 30 Avril 2018, 11:57 Répondre en citantRevenir en haut

Je suis navré du retard de réponse, vous la souhaitiez rapide et elle n'arrive que 13 ans après!
Votre sœur doit avoir dans les 60 ans à présent, j'espère qu'elle n'a pas divorcé.

La lecture de Tehilim est toujours à propos, s'infliger un jeûne n'est pas toujours souhaitable, il vaut mieux s'imposer une introspection et une journée d'étude de Torah.

Une autre Segoula qui marche parfois: le conseiller conjugal -qu'il faudra toutefois choisir avec grande précaution.

Qu'il soit juif ou non, il est important qu'il soit Yeré Shamayim, intègre et irréprochable au niveau de l'argent et des relations interdites.
Si c'est un non-juif, ça peut aussi faire l'affaire s'il est croyant et pratiquant, chrétien ou musulman, du moment qu'il est Yeré Shamayim , intègre au niveau de l'argent et des relations interdites et conscient des valeurs de la famille.

Il peut aussi y en avoir qui soient athées, mais l'absence de Yirat Shamayim permet d'entretenir plus facilement le doute sur les convictions de la personne et leurs limites. Donc s'il ne vous a pas été spécialement conseillé par une personne soucieuse des valeurs cités, il vaudra mieux se passer de ses services.
cheelnaute



Messages: 149

MessagePosté le: Lun 30 Avril 2018, 17:11 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour
Je voulais savoir comment était-ce permis de prendre le pain chez un boulanger goy, même si le juif est shoutaf dans la afia ( disons en allumant le four ), sachant que malgré tout il n'a pas vérifié les questions de casherout de composition et du four au préalable non?

Je vous demande cela car le S.A permet même de prendre chez le baal abayit si il n'y a pas de boulanger à proximité, mais quand est il du problème de casherout ?

Dernière question, l'histoire du juif qui allume le four, est-ce utile de l'exiger même si le taam du pain est yoter meshoubah ?

Merci
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3353

MessagePosté le: Lun 30 Avril 2018, 19:02 Répondre en citantRevenir en haut

Dois-je comprendre que vous connaîtriez un problème de Shlom Bayit résultant d'un achat de baguette en boulangerie non-juive?

Sinon,pourquoi postez-vous votre question ici?

Merci de la poster à un endroit plus adéquat ou de créer un nouveau fil (-sans quoi on s'y perdrait).
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum