La vieillesse chez les Talmidei Hahamim Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
RHY



Messages: 23

MessagePosté le: Jeu 16 Mai 2019, 14:03 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Rav;

Une question qui me turlupine quelque peu: on sait que l'intelligence, la sagacité, la vivacité d'esprit, la mémoire etc... diminue à partir d'un certain âge.

Cet affaiblissement de l'esprit existe-t-il de la même manière chez les vieux Talmidei Hahamim ? Existe-t-il un "âge d'or" dans la connaissance de la Torah?
Pourquoi ceux qu'on qualifie communément de Gdolei Hador sont presque toujours très âgés - parfois plus de cent ans ? Peut-on faire confiance à leur capacité de discernement à cet âge? Pourquoi ne voit-on plus de Gdolim reconnus avec un âge médian ?


Merci mille fois pour votre travail et votre contribution !
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3808

MessagePosté le: Ven 31 Mai 2019, 1:08 Répondre en citantRevenir en haut

Citation:
Une question qui me turlupine quelque peu: on sait que l'intelligence, la sagacité, la vivacité d'esprit, la mémoire etc... diminue à partir d'un certain âge.
Cet affaiblissement de l'esprit existe-t-il de la même manière chez les vieux Talmidei Hahamim ? Existe-t-il un "âge d'or" dans la connaissance de la Torah?
Pourquoi ceux qu'on qualifie communément de Gdolei Hador sont presque toujours très âgés - parfois plus de cent ans ? Peut-on faire confiance à leur capacité de discernement à cet âge? Pourquoi ne voit-on plus de Gdolim reconnus avec un âge médian ?


Le vocabulaire et les mots de la langue que l’on utilise conditionnent notre raisonnement.
En français, on a souvent tendance à négliger la distinction entre différentes aptitudes qui sont toutes rangées sous le terme « intelligence ».
En hébreu on distingue plus facilement dans le langage deux aspects: la ‘Hokhma et le Sékhel.
En français ça donnerait la sagesse et la matière grise, ou la sagesse et les capacités cognitives.

Tout se regroupe sous le mot « intelligence », mais il y a plusieurs facettes dans l’intelligence.

Certes, les personnes âgées perdent de la puissance en mémoire et en rapidité/vivacité d’esprit, etc., mais elles se bonifient souvent en sagesse, en compréhension profonde de l’homme et du monde.
C'est pourquoi les grands rabbanim consultés sont souvent très vieux.

Les vieux Talmidei ‘hakhamim sont rarement aussi vivaces que lorsqu’ils étaient plus jeunes, c’est vrai, mais cette aptitude est surtout souhaitée pour pouvoir donner un cours, débattre d’un point épineux.
Lorsqu’il s’agit de donner un conseil éclairé, basé sur une vue large et avec du recul, le vieux -même plus lent d’esprit, est préférable au jeune.

N’allez pas croire que tous les grands rabbanim disposent d’une puissance cérébrale qui les aurait propulsés à leur niveau de Torah.
Souvent il s’agit de gens simples qui à force de travail ont acquis la sagesse.

Dans ces cas-là, leur cerveau ne devient pas plus « rapide », mais plus « sage ».
C’est dans la compréhension des choses que tout se joue.

Un cerveau brillant qui serait dénué de « compréhension saine » du monde, des choses et des hommes, ne nous servirait pas à grand-chose.

Un « Talmid-‘Hakham » dénué de bon-sens n’a pas beaucoup d’intérêt, pouvoir réciter des passages du Talmud ou du Shoul’han Aroukh n’est pas suffisant.

Vous demandez :
Citation:
Existe-t-il un "âge d'or" dans la connaissance de la Torah?
ça dépend ce que vous entendez par « dans la la connaissance de Torah » ; pour les connaissances très précises, la verve et le répondant, c’est sûr que les vieillards ne sont pas avantagés.
Mais « la Torah » ne se résume pas à quelques effets de style.
Un vieux Talmid ‘Hakham a « eu le temps » de digérer sa Torah, de se l’approprier et de la comprendre profondément.
Ce qui n’est pas le cas d’un jeune, même si c’est un prodige qui est épatant.

Le seul souci (et c'en est un), c'est que parfois les vieux rabbanim, affaiblis et veufs, sont nécessairement dépendants d'une aide extérieure, surtout s'ils doivent recevoir le Kahal etc.
Et c'est là que certains "makhers", des Mashbakim dont la motivation n'est pas toujours vraiment Lishma, viennent pourrir la situation en prenant les rênes et en se permettant d'outrepasser leurs droits et de décider de certaines choses de leur propre chef et "l'imposer" au rav qui ignorera certaines situations ou ne sera renseigné que de manière partiale...

Nous avions déjà parlé de ce qui est écrit dans le Lifrakim (de rav Weinberg) (p.133) à ce sujet qui sévissait déjà à son époque:
יודעים אנו עפ״י הנסיון כי מסביב לכסאו של אדם גדול שורצים ורבים בריות שפלות, מין רמשים קטנים, אשר קטנותן תהי׳ להן למבטח כי לא תראינה ולא תמצאנה. ועל כן יכולות הן, בהאפילן על עצמן בטליתו של ה״גדול״ לעשות כמעשה הרמש ולרדוף אחרי כל אדם ישר באין כל סכנה לנפשן

(voir ce sujet : http://www.techouvot.com/desaccords_chez_les_grands-vt18861.html?start=0&postdays=0&postorder=asc&highlight= )


En parallèle, il est vrai que parfois une personne âgée devient un peu gâteuse et ne comprend plus vraiment ce qui l’entoure, mais c’est plus souvent le cas chez ceux qui ne travaillent pas leur esprit ni leur intelligence.

Vous verrez que les philosophes, les scientifiques, les intellectuels ou les savants deviennent bien moins souvent séniles / gâteux que le reste de la population.
Il en va de même pour les Talmidei ‘Hakhamim, il est rare qu’ils perdent la tête.

Toutefois, lorsque ça arrive (et c’est terriblement triste lorsque ça arrive) , il est évident qu’il n’est plus consulté par le Tsibour, ou que le Tsibour ne tient plus compte de ses directives si elles semblent trouver leur origine dans une inaptitude à comprendre le monde.

Il y a déjà eu un Gadol, LE Gadol hador à son époque, un grand Talmid ‘Hakham, qui n’avait plus l’esprit clair en fin de vie.
Des médicaments aidaient un peu, mais lorsqu’il n’avait pas pris ses médicaments et disait quelque chose d’insensé, on n’y prêtait pas attention.

C’est une tragédie, il faut prier pour nos Talmidei ‘hakhamim que D.ieu les préserve de maladies de ce genre (et de toutes les maladies) et qu’Il nous les laisse en bonne santé jusqu’à 120 ans et même plus.

Pour en revenir à votre question, il n’y a donc aucun souci à se faire, dans un cas extrême de maladie mentale, on s’en rend compte tout de suite et le rabbin n’est plus écouté.
Et sans qu’il y ait une maladie, le seul affaiblissement de l’organisme qui entraîne des lenteurs etc. ne porte pas à conséquence sur le bon sens et l’esprit du vieillard -tant qu’il s’agît d’un homme d’étude.
(En effet, je ne peux rien vous garantir pour un de ces « babas » kabbalistiques qui deviendrait sénile, je ne parle que pour des Talmidei ‘hakhamim qui ont étudié toute leur vie.)

Voyez nos rabbanim centenaires, qui ont tous gardé la tête claire jusqu’à la fin B’’H, Rav Shakh (107 ou 112 ans), Rav Elyashiv (102 ans), Rav Steinman (103 ans), Rav Powarsky (99 ans -ou 97 ou 104 ), Rav Wozner (101 ans), c’est incroyable.
Et combien de nos rabbanim ont dépassé les 90 ans -eux aussi avec la tête claire…

Al Zé Néémar: Yishtaba'h Shemo Laad !

PS: il est tard, je ne prends pas le temps de me relire, veuillez excuser les fautes.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum