Horaire Tefila Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
Jeje



Messages: 120

MessagePosté le: Mar 03 Mai 2011, 11:42 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Rav,
Si je dépasse lhoraire pour la tefila de chaharit, puis je la faire même si g dépasser l'heure ou pas ?
Exemple: je me lever a 12h00 , puis je mettre mes tefiline, fr le
Chema , amusa etc...?
Merci

______________________________
Message envoyé via AlloRav sur iPhone.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3444

MessagePosté le: Mer 04 Mai 2011, 23:59 Répondre en citantRevenir en haut

Celui qui n'a pas pu prier avant l'horaire de Sof Zman Tfila , DEVRA malgré tout prier Sha'harit AVANT l'heure de 'Hatsot . Tout en sachant qu'il n'aura pas accomplit pour autant la mitsva de " Tfila Bizmana "

Pour les Tfilin, on les met à Sha'harit, mais la Mitsva est toute la jounée, donc on aura accomplit convenablement la mitsva.

Si quelqu'un sait qu'en se couchant à une heure avancée il ne pourra pas se lever (malgré le réveil qui sonnera etc...) à l'heure pour lire le Kriat Shema avant l'heure de " Sof Zman Kriat Shema ", il ne doit pas se coucher!

La Mitsva de lire le Shema (et prier Sha'harit) avant une certaine heure, n'est pas facultative, et l'homme juif (bar mitsva) se doit de faire ce qu'il faut (-même se coucher plus tôt !) pour l'accomplir.
arye5



Messages: 12

MessagePosté le: Dim 11 Mars 2012, 11:38 Répondre en citantRevenir en haut

Et pour une femme qu'elle sera le din ? Une femme qui aura dépasser le zman de cha'harit ,peut-elle prier après ce zman et avoir le salaire d'une tfila bizmana (vue qu'elle n'a l'obligation de prier seulement une prière par jour ,peu importe laquelle ) ,ou bien son cas est similaire à celui de l'homme ?
ronydenyro



Messages: 99

MessagePosté le: Dim 11 Mars 2012, 21:47 Répondre en citantRevenir en haut

Et pour la tefila et les betahot de chema on peut les faire jusqu'à hatsot?

______________________________
Message envoyé via AlloRav sur iPhone.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3444

MessagePosté le: Dim 11 Mars 2012, 23:45 Répondre en citantRevenir en haut

Avant tout je porte une correction à mon message initial ; j’écrivais entre autres ala’hot que celui qui se lève tard devra prier tout de même tant que l’heure de ‘hatsot n’est pas arrivée.

C’est très clair et parfait pour la coutume ashkenaze, mais il faut préciser que la coutume sfarade consiste à prier SANS prononcer les shemot dans les bénédictions du yotser (si la 4ème heure est passée, donc durant les deux dernières heures zmaniot de la matinée, la 5ème et la 6ème heure).

Par contre les ashkenazim prieront –bedieved- normalement jusqu’à ‘hatsot.

A la réflexion, c’est certainement la teneur du message indéchiffrable de David A. qui cite souvent les mots du Yalkout yossef .
A n’en pas douter, il venait préciser ce point manquant dans mon premier message.

En fait c’est une ma’hloket si on peut encore dire les bra’hot du kriat shema à une heure si tardive.

le Shoulhan Arouh (o’’h §58) écrit de ne PAS les faire.
Le Arou’h Ashoul’han (§58, 18) et le Or Letsion (II, 6-4) aussi.

Mais plusieurs autres disent des les faire :

-le Arizal

-le ‘Hatam Sofer dans ses agaot sur le S.A. sur place (o"h §58)

-le ‘Hida (‘Haim Shaal II, §31)

- le Tsema’h Tsedek (brahot I, 2)

- Mishkenot Yaacov (siman 77)

- Ktsot Ashoul’han (19, 34)

- Itorerout Tshouva (fin de helek III)

- ‘Hakal Its’hak siman 9

- rav Sonnenfeld (siman 23)

- Erets tsvi (I, §36)

- Alihot shlomo (Auerbach) (VII, 15)

Le Kaf a’haim propose de faire les bra'hot sans shem oumal'hout.

Le Ben ish 'hai semble se contredire; dans Od yossef ‘hai (vaéra §17) il écrit de ne PAS les faire alors que dans Rav Pealim (II,§12) il dit de FAIRE les brahot.

La coutume ashkenaze est de les faire, et chez les sfaradim, c’est vraisemblablement une ma’hloket et je crois savoir que R. Ovadia Yossef opte pour le Kaf A’haim sur ce coup.

Maintenant, passons au cas d’une femme.

Ce que vous écrivez qu’elle aurait le s’har tfila bizmana après le zman relève de la science fiction ; après le zman, ce n’est plus le zman !

Et s’il fallait inventer que les Sages n’auraient fixé d’horaires que vis-à-vis des hommes mais pas pour les femmes qui prieraient, alors nous pourrions permettre à une femme de faire sha’hrit en pleine nuit.

Même si elle ne veut faire qu’une prière par jour, prononcer les bra’hot du kriat shema de sha’hrit en pleine nuit ou l’après-midi est impossible.

Mais la question serait plutôt si une femme sfarade doit faire sha’hrit si le sof zman tfila est arrivé (mais avant ‘hatsot), ou s’il vaut lieux qu’elle fasse min’ha.

Le simple fait de dire les birkot kriat shema (et birkot psoukei dezimra) pour une femme sfarade MEME AVANT le sof zman étant déjà très discuté parmi les rabbins sfarades, je n’oserai guère me prononcer, il semble qu’il faille demander à votre rabbin de communauté quel avis convient-il de suivre.

Je sais que dans les écoles juives où les enfants font la tfila, les filles aussi disent ces bra’hot, c’est contre l’opinion de Rav Ovadia Yossef –Yabia Omer (II, §6) - mais comme celle de plusieurs rabanim qui se sont opposé au psak du Rav Yossef dont :

- Le Tsits Eliezer (IX, §2) (qui parle pour les sfaradiot )

- Le Rav BenTsion Aba Shaoul (cité dans Ali’hot bat israel §2 note 26)

-Le Ma’hazei Eliahou (§16, 2)

Ces derniers se rangeant à l’opinion permissive d’autres gueonim sfarades comme :
- Le Kaf a’haim (§70, 1)

-Le Rav Ezra Attia (cité dans Ali’hot bat israel §2 note 26 ) -qui était le rav du rav Ovadia Yossef .

-et d’autres.

Il est possible que ce soit la raison pour laquelle les écoles françaises enseignent la tfila « classique » même aux filles, mais il est aussi probable que ce soit un héritage ashkenaz.

En effet, les écoles récentes étant soit dirigées/fondées par des ashkenazim soit inspirées d’autres écoles anciennes qui étaient dirigées par des ashkenazim, l’habitude s’est installée et les filles prient avec le shem même les birkot kriat shema et celles des psoukei dezimra (barou’h sheamar & yishtaba’h).

Il n’est qu’assez récent que l’on entende réciter le birkat amazon sfarade dans les écoles françaises, il fut un temps où seule la version ashkenaze était entendue dans le monde scolaire et dans les colonies de vacances.

Peut-être que pour sha’hrit sans les shemot dans les bra’hot (sauf pour la amida) il faut attendre encore quelques années ?

Mais je souligne la différence: ici la majorité des décisionnaires (-même sfarades) s’opposent au Rav Ovadia Yossef .

L’habitude des écoles correspond donc tout à fait à la ala’ha selon le Rav BenTsion Aba Shaoul, le Kaf A’haim ou le Rav Ezra Attia.

Il y a d’autres détails dans ce que vous écrivez qui mériteraient éclaircissement (comme le « peu importe laquelle ») mais je suis déjà tellement en retard dans tellement de domaines que je ne me sens pas me lancer dans une rectification systématique de toutes les idées reçues concernant la prière pour les femmes.

Aussi je viens de voir que je dois répondre à une personne qui s'attaque à notre religion, ne voulant pas laisser traîner ce genre de sujet, je m'empresse donc afin de trouver le temps de lui répondre ce soir.

(en même temps je découvre la question de Ronydenyro qui n'apparaissait pas encore lors du dernier rafraîchissement de page sur le site , elle est certainement répondue par ce que j'ai déjà écrit ici.)

Je vous conseille néanmoins de vous documenter ou de questionner votre rabbin pour plus de précisions sur ce que les femmes peuvent ou doivent dire en matière de tfila en lui précisant si vous souhaitez suivre la coutume ashkenaze ou sefarade.
ariel.s



Messages: 1

MessagePosté le: Ven 26 Mai 2017, 12:52 Répondre en citantRevenir en haut

bonjour rav,
une question dans la continuité de la première, quelles sont les halahot pour quelqu'un qui se serai réveillé après les horaires de hatsot hayom, que ce soit en jour normal de la semaine ; Chabat ; Roch Hodèche.
merci.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3444

MessagePosté le: Ven 26 Mai 2017, 14:39 Répondre en citantRevenir en haut

Celui qui se lève après 'hatsot Hayom, doit avant tout faire tshouva sur ce péché.
Ensuite, il ne pourra pas faire sha'harit.

Il pourra se rattraper par une tfilat tashloumin en faisant 2 fois la Amida de Min'ha (l'une après l'autre mais en laissant s'écouler quelques secondes au moins entre les deux) .

Mais ce "rattrapage" ne l'exempte pas de devoir faire tshouva.

Si c'est un jour où il y a moussaf, il fera d'abord Min'ha puis Moussaf (car on peut faire moussaf même après 'hatsot) , puis le rattrapage de sha'harit. (cf. Mishna Broura §108, sk.16 )

Je me sens un peu mal à l'aise de "présenter" des halakhot pour ceux qui se lèvent après 'hatsot, ça a un côté un peu ridicule.

Se lever après l'heure du Shema est déjà suffisamment grave, mais arriver à se lever après 'hatsot est vraiment indigne d'un juif et je ne sais pas s'il convient de présenter joyeusement des halakhot détaillées à celui à qui ça arrive.
ça doit rester un cas exceptionnel qui ne devrait pas arriver plus d'une fois dans la vie.

S'il est très tard, qu'on n'a pas de réveil et qu'on pense qu'on ne réveillera pas d'ici 'hatsot hayom, il ne faut pas aller dormir mais il faudra faire la tfila dès que possible (-quitte à la faire avant le lever du soleil, dès Alot Hasha'har si besoin).

Inspirons-nous de Shavouot qui approche, où il semblerait (cf. Maguen Avraham §494 ) que nous ayons ce minhag de veiller, pour nous éloigner du péché de certains de nos ancêtres qui auraient fait la grasse matinée le jour de Matan Torah (cf. Shir Hashirim raba I, 56 ) . (cependant, voir Ibn Ezra Shemot XIX, 11 )
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum