Guiour lehoumra et anniversaire Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
M4610



Messages: 1

MessagePosté le: Lun 19 Novembre 2018, 22:55 Répondre en citantRevenir en haut

Chalom Rav
Je voulais vous demander quelle est la date de naissance (anniversaire) qui est retenue dans le cas d'un converti, étant donné qu’il est comparé à un nouveau né ?

Qu'en est-il pour une personne qui fait un guyour lehoumra : Était-elle déjà juive lors de son premier passage au mikvé ?
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3528

MessagePosté le: Jeu 22 Novembre 2018, 23:10 Répondre en citantRevenir en haut

Citation:
quelle est la date de naissance (anniversaire) qui est retenue dans le cas d’un converti (étant donné qu’il est comparé à un nouveau né)?


C'est la date de sa naissance biologique (celle qui figure sur son état civil -généralement).

C'est évident, mais s'il fallait le prouver à partir du Shas, j'indiquerai la Mishna dans Ktouvot (11a) :
הגיורת והשבויה והשפחה שנפדו ושנתגיירו ושנשתחררו פחותות מבנות ג' שנים ויום א' כתובתן מאתים

ודו"ק

On pourrait encore le prouver à partir du din bien connu qui suit dans la gmara: גר קטן מטבילין אותו ע"ד ב"ד selon lequel on peut convertir un enfant mineur lorsque c'est la volonté de ses parents, bien qu'en principe il ne puisse pas être question de conversion sans le plein consentement du concerné (or, celui-ci est considéré trop jeune pour que son consentement vaille comme celui d'un majeur) , mais cette halakha indique qu'il faudra qu'une fois arrivé à l'âge de 13 ans, il confirme sa volonté (personnelle) de rester juif. Sans quoi, sa conversion serait annulée.

On voit bien que c'est "à l'âge de 13 ans" et non "au bout de 13 ans" , car son âge reste fixé par rapport à sa naissance biologique, ainsi il atteindra sa majorité religieuse 13 après sa naissance et non après sa conversion.
D'ailleurs, si telle n'était pas la halakha, un converti ne compterait pas pour minian les 13 premières années...

Citation:
Qu’en est-il dans le cas d’une personne qui fait un guyour lehoumra ? Était elle déjà juive lors de son premier passage au mikve ?

premier ? vous vouliez dire second je suppose.
(ou au lieu de " lors de ", il faut lire " après " ?)

On ne sait pas si elle était déjà juive avant ce mikve, c'est précisément ce doute qui l'a poussée à faire un guiyour le'houmra, par définition.

Néanmoins votre question est répondue par ma précédente réponse: quel que soit le guiyour (classique ou le'houmra) , la date de naissance reste la même, c'est celle qu'elle avait étant goya, avant sa conversion.
sam94700



Messages: 12

MessagePosté le: Ven 23 Novembre 2018, 10:22 Répondre en citantRevenir en haut

Bonjour Rav ,

Vous dites qu'un enfant converti al daat beth din doit confirmer à sa majorité religieuse la volonté de rester juif, sinon la conversion est annulée. Mais qu'en est-il d'un enfant n'ayant rien dit (ni refus ni n'a été expressément au B.D pour confirmer) ?

Je vous avais déjà évoqué mon cas il y a quelques année dde ma mère converti au Beth Din de Paris à l'age de 11ans qui n'est pas religieuse mais n'est jamais parti "refusé" sa conversion mais n'a pas non plus été "l'accepter".

Personnellement j'ai préféré faire un giyour lahoumra mais était-ce une obligation (car ma soeur ne l'a pas faite) ?

Kol tov
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3528

MessagePosté le: Dim 02 Décembre 2018, 0:23 Répondre en citantRevenir en haut

Oui, quand je dis qu’il doit « confirmer » sa volonté d’être juif, ça ne passe pas nécessairement par une déclaration officielle, le fait de « pratiquer le judaïsme » constitue une confirmation suffisante.

Vous dites que votre mère ne pratiquait pas, d’où votre question.

Cependant, j’ai retrouvé votre ancienne question indiquant votre cas : http://www.techouvot.com/suis_je_juif-vt18806.html?highlight= et il y aurait beaucoup à dire pour vous dispenser de Guiyour le’houmra (enfin votre sœur, puisque pour vous c’est déjà fait) .

Par exemple, vous écrivez que votre mère s’est convertie en même temps que sa propre mère, dans ce cas (où l’enfant est apporté au Beit Din par au moins un de ses parents) , le ‘Hatam Sofer (Y’’D §253) considère que l’enfant ne pourra PAS faire de Me’haa. (=même s’il dit « je ne veux pas être juif », il le demeurera !)

Certains A’haronim considèrent que c’est la règle à suivre -voir Tsits Eliezer (XVI, §61) , bien qu’en réalité, il y ait de nombreux opposants à ce ‘Hatam Sofer car du Rashba et du Ritva il ressort que tout Guer enfant pourra faire Me’haa en atteignant sa majorité -voir Guerout Kehilkhata (p.52), Ot Brit (Guerim sk.10), Otsar Piskei Guerim (p.131).

Le Yashiv Moshé (p.144) écrit au nom de rav Elyashiv qu’en raison du ‘Hatam Sofer , ça reste un « safek » s’il peut ou non faire Me’haa.

Ajoutons à cela une idée selon laquelle, lorsqu’on parle d’une possibilité de faire Me’haa, c’est-à-dire d’indiquer son refus d’être juif, mais il n’est pas évident que le fait de transgresser shabbat ou manger Taref suffise, car on peut encore dire que cet enfant (de 12 ou 13 ans) ne souhaite pas annuler sa conversion, il commet une aveira certes, mais ne renie pas son judaïsme.

C’est ce qu’écrit le Shout A’hiezer (III, §28) , cité par le Tsits Eliezer (op cit) . Bref, difficile de dire qu’il faille « imposer » un guiyour à votre sœur…
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum