Ecrire des Hidouchim pendant Hol Hamoed Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
MrQuestion



Messages: 93

MessagePosté le: Sam 05 Janvier 2019, 23:12 Répondre en citantRevenir en haut

Rav Wattenberg,

A-t-on le droit d'écrire des hidouchim de torah pendant Hol Hamoed?

Seulement à posteriori (bédiavad) ou même à priori léhatékhila?

Merci d'avance.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3729

MessagePosté le: Mar 22 Janvier 2019, 21:35 Répondre en citantRevenir en haut

Il y a un peu tous les avis sur ce sujet ;

D’aucuns se montraient stricts :

Cf. Shout HaRashba (III, §273)

et Shout Kol Mevasser (II, §35).

Voir aussi Shout Kinian Torah Bahalakha (II, fin de §97) qui écrit que nous n’avons pas entendu que les élèves du Baal Shem Tov aient écrit des ‘hidoushim durant ‘Hol Hamoed.

Ce type de « preuve » ne vaut pas grand-chose, bien entendu.
Tout d’abord le fait que nous ne l’ayons pas entendu n’indique pas que nous ayons entendu l’inverse et ensuite, s’ils adoptaient une conduite surérogatoire, elle ne saurait s’appliquer à chacun autrement qu'à titre facultatif.

Nous trouvons des Rabbanim qui ne voulaient pas écrire à ‘Hol Hamoed , comme le Steipler (Or‘hot Rabénou II, p.124) :

le Noda Biyehouda (II, O''H §60) écrit qu’il a retardé sa réponse pour ne pas écrire durant ‘Hol Hamoed.

Idem dans le Min’hat Its’hak (II, §64)
et le Igrot Moshé (Y’’D I, §241)

Voir aussi Shout Hamabit (I, §301) qui précise que sa réponse a été écrite durant ‘Hol Hamoed « par autrui » (pas clair, s’agissait-il d’un Goy ? Pourquoi le fait qu’autrui écrive ne lui posait guère problème ? Je ne vois que deux options : soit c’est un Poel Sheein lo ma leékhol, soit c’est une ‘houmra privée qu’il ne trouvait pas assez sérieuse pour l’imposer aux autres).

Le Rosh aussi se montrait strict à titre personnel, voir la Tshouva citée par le Ba’h (O’’H §545, 7).


D’autres faisaient en sorte d’être le plus concis possible :

Voir

‘Haïm Shaal (I §13),

Mekor ‘Haïm (§545, 9),

Maharitats (I, §164),

Shoel Oumeshiv 1 (I, §124) et (II, §193).

[voir aussi Shoel Oumeshiv 2 (II, §63) et ce qu'en déduit le Kinian Torah (II, §97, 5) ]

Voir encore le Sdei ‘Hemed (VIII, p.20-21) qui cite le Shout Ohel Moshé (§11) pour qui il ne convient pas qu'un grand homme écrivent -même des divrei Torah- durant 'Hol Hamoed.

Cependant, comme il ressort du Ba’h cité (O’’H §545), il est totalement autorisé d’écrire des ‘Hidoushei Torah (tant qu’on ne le fait pas avec une écriture professionnelle -Voir Shout Rashban §101 et voir aussi le Mishpat Tsedek daf 21a qui s’oppose à lui comme d’habitude) , étant donné qu’on autorise même Igueret Shlomim.

Voir aussi Tshouvot Vehanhagot (III, §152) et Mishna Broura (§545, sk.47) qui indiquent le que le Ba’h écrivait des Divrei Torah durant ‘Hol Hamoed, comme en témoigne son gendre le Taz (sk.13) .
(ce qui contredit le Ohel Moshé (§11) )

C’était aussi l’habitude du ‘Hazon Ish qui écrivait des Divrei Torah durant ‘Hol Hamoed [cf. Or‘hot Rabénou (II, p.124) et Tshouvot Vehanhagot (III, §152) ] , ainsi que le Shiyarei Knesset Hagdola (§545, fin de ot 11)

C’est aussi ce qu’écrit le ‘Hatam Sofer (E’’H §86) mais il semble se contredire à partir d’une autre Tshouva (O’’H §123).

J'ai bien lu ce qu'écrit le Rav Horowitz dans son Shout Kinian Torah Bahalakha (II, §97, 4, p.220) où il explique que le ‘Hatam Sofer (E’’H §86) parle explicitement d'une urgence ( שאלה שהשעה צריכה לכך ) (et ça serait uniquement pour cela qu'il aurait écrit durant 'Hol Hamoed) , mais à la lecture de ladite Tshouva, il semble (en raison d'un Vav ajouté) qu'il ne s'agisse que d'une raison supplémentaire :
שהמועד לא מנעני מבוא באורך בד"ת ובשאלה שהשעה צריכה לכך

Ce Vav dans ובשאלה indique que c'est une raison supplémentaire d'écrire pendant 'Hol Hamoed -et non la seule et sine qua non.

[au passage: ce que le Kinian Torah indique comme étant en début de tshouva du 'Hatam Sofer O''H §184 ne s'y trouve pas.]

Voir aussi
Shout Min Hashamayim (§32)
(cité entre autres par le Birkei Yossef §545, sk.2 ),
et le Ritva (Moed Katan 18b) (le Daat Torah §545 l'indique comme étant en daf 19 ) ,
voir encore le Sdei ‘Hemed (VIII, p.20-21) ,
ainsi que le Tshouvot Vehanhagot (III, §152) [pour qui l’on pourrait même parfois se passer du paramètre Davar Haaved].

Le Shoul’han Aroukh (§545, 9) l’autorise de peur d’oublier (ce qui confère automatiquement un statut de Davar Haaved), voir aussi la recommandation que lui fait le Maguid Mesharim (Parshat Tsav daf 43a) d’écrire les ‘hidoushim durant ‘Hol Hamoed car c’est bien « davar haaved » contrairement à l’opinion de celui qui l’interdit (je pense qu’il pensait au Rashba III, §273 ) .

Voir aussi le Taz et le Maamar Mordekhaï (§545) et d’autres encore, qui tous confirment qu’écrire des ‘Hidoushei Torah est autorisé pendant ‘Hol Hamoed (au moins) au titre de Davar Haaved.
Idem dans le Aroukh Hashoul’han (§545, 19).

Voir aussi Yabia Omer (VIII, O’’H §48) qui l’autorise [et qui doit certainement apporter des références en ce sens, mais je ne dispose pas de ce livre pour vérifier.
Je suppose aussi que l’utilisation de Bar Ilan -dont je ne dispose pas non plus- serait très efficace pour cette question.
Je n'ai utilisé que mes Sfarim et mes notes.
Probablement qu'en ayant recours à une recherche informatique, on trouvera bien plus d'informations.
Aussi, je conseillerais de vérifier dans le livre ‘Hol Hamoed Kehilkhato -que je ne possède pas non plus- qui doit certainement traiter de ce point en détail].


Voir aussi le ‘Hayei Adam (§111) qui relativise et tend à interdire si les ‘Hidoushim en question sont déjà écrits (et qu’il souhaite les réécrire plus convenablement ou les ordonner) ; on ne pourrait plus parler de Davar Haaved.
Néanmoins, le Tshouvot Vehanhagot (III, §152) ne le suit pas.
Voir aussi le Radbaz (§357) qui se montre très Meikel.

Pour compléter un peu, voir encore :

Shout Beit Israel (Landau) (§99),

Divrei Israel (III, §89 et §105),

Rashban (§101),

Min’hat David (III, §45),

Divrei Ephraïm Eliezer (§111),

Mishné Halakhot (III, §72, 76, 79, 85),

Beèr Moshé (VII, §29)
.


En conclusion , vous pouvez écrire des 'Hidoushei Torah durant 'Hol Hamoed " Lekhate'hila " (sans le faire avec une écriture particulière et professionnelle, mais avec une écriture habituelle et simple ou en tapant à l'ordinateur) , surtout si vous craigniez d'en oublier une partie, auquel cas nous pourrions éventuellement même parler d'obligation.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum