Conseils pour un bahour débutant Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
Ayv



Messages: 1

MessagePosté le: Dim 14 Octobre 2018, 23:26 Répondre en citantRevenir en haut

Bonsoir Rav Wattenberg,
J'ai pu barouh Hachem prendre une année de césure pendant mes études pour aller a la yechiva cette année (a la suite d'une licence) !

Sachant que je n'ai qu'un an (a priori) a passer a la yechiva (chita lituanienne classique) et que je suis totalement débutant dans le limoud et que je ne maîtrise pas l'hébreu,
- quelles doivent être mes priorités pour tirer un maximum profit de cette année ?
- une quelconque autonomie dans l'étude est-elle envisageable au bout d'un an en s'y mettant sérieusement ?
- Que prioriser pendant le seder guimel : le iyoun, la bekiout.. ?
- vaut-il mieux, comme c'est le cas ici, ne faire quasiment que de la guemara toute la journée et se dire que quand je saurai étudier je pourrai étudier le reste de mon côté ou faire de la halakha, du houmach, de la hashkafa etc pendant ben hasedarim ? (au lieu de plus de guemara donc)
- comment acquérir la maîtrise de la langue rapidement, faut-il préférer noter les mots sur un cahier puis les revoir/les apprendre ou les noter entre les lignes de la guemara, et donc moins les revoir et espérer les mémoriser au fur et a mesure des dapim ?
- que pensez vous de la safa beroura, est ce une aide qui me sera utile ou un frein pour devenir autonome ?
- avez vous des conseils sur comment aborder respectivement le iyoun et la bekiout pour un débutant (ce qui n'est pas le cas de mes camarades, plus jeunes mais expérimentés dans le limoud)
- nous étudions baba kama, est ce qu'il vaut mieux essayer de se fixer comme objectif de la finir d'ici la fin du zman horef (ou kaits) ou plutot se concentrer sur moins de dapim mais vraiment bien les maitriser ?

Enfin, deuxième thèmatique sur laquelle je sollicite vos conseils et vos connaissances : Je ressens une forte sensibilité pour l'étude du moussar, et en particulier pour celui disons de l'école de Kelm et du rav Salanter.
- pourriez vous décrire la situation actuelle du monde de la torah vis a vis de cette chita ? Y a t il encore des yechivot dans cet esprit la ? *Quels sont aujourd'hui les grands baalé moussar et leur approche ?*
- quels sont les reproches faits a ce courant, historiquement (a part que c'était nouveau) et aujourd'hui (je n'ai d'ailleurs pas bien compris la techouva dans laquelle vous supposez qu'on a reproché au moussar de rav salanter son approche qui prend en compte la psychologie, en quoi est-ce négatif ? )
Je suis preneur également de tout conseil qui ne seraient pas des réponses a mes questions !

Merci par avance pour votre aide précieuse,
Chavoua tov
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3496

MessagePosté le: Jeu 25 Octobre 2018, 17:39 Répondre en citantRevenir en haut

Je n’ai pas encore fini la lecture de vos questions, mais je me lance déjà dans les réponses, car il y a tellement de questions que je crains ne pas arriver au bout du mail dans le temps dont je dispose maintenant.

Je vous cite par morceaux et tente de répondre :

Citation:
J'ai pu barouh Hachem prendre une année de césure pendant mes études pour aller a la yechiva cette année (a la suite d'une licence) !

Mazal Tov et Bravo pour cette initiative.

Citation:
Sachant que je n'ai qu'un an (a priori) a passer a la yechiva (chita lituanienne classique) et que je suis totalement débutant dans le limoud et que je ne maîtrise pas l'hébreu,

Je comprends que la Yeshiva a déjà été choisie.

Citation:
- quelles doivent être mes priorités pour tirer un maximum profit de cette année ?

se familiariser au Talmud, pénétrer dans le monde de la Torah, absorber des hashkafot…

Citation:
- une quelconque autonomie dans l'étude est-elle envisageable au bout d'un an en s'y mettant sérieusement ?

Quelconque , oui.
Autonomie (absolue) , il faudra travailler très sérieusement. Je ne vous connais pas, je ne connais pas votre futur Rav enseignant…

Citation:
- Que prioriser pendant le seder guimel : le iyoun, la bekiout.. ?

J’aurais dit la Bekiout, afin de « voir du paysage », mais il faut plutôt prendre conseil auprès d’un rav qui vous connait et qui connait la yeshiva.

Citation:
- vaut-il mieux, comme c'est le cas ici, ne faire quasiment que de la guemara toute la journée et se dire que quand je saurai étudier je pourrai étudier le reste de mon côté ou faire de la halakha, du houmach, de la hashkafa etc pendant ben hasedarim ? (au lieu de plus de guemara donc)

Généralement, une yeshiva (de ce style) comporte déjà un petit seder halakha et un autre de moussar.
La question ne devrait donc pas se poser.
Il faut faire le plein de Gmara, autant que possible, en quantité comme en qualité.
L'étude de la Halakha est indispensable mais 30 minutes par jour suffisent.
Pour ce qui est du ‘Houmash, si la yeshiva ne le prévoit pas, ce n’est pas la peine de le faire si c’est « sur le dos » de la gmara.
Mais si vous avez besoin de vous aérer un peu et changer d’étude, un peu de ‘houmash peut aider à se détendre.

Citation:
- comment acquérir la maîtrise de la langue rapidement, faut-il préférer noter les mots sur un cahier puis les revoir/les apprendre ou les noter entre les lignes de la guemara, et donc moins les revoir et espérer les mémoriser au fur et a mesure des dapim ?

Pour les mots clés qui reviennent systématiquement (Amar, métivei, tanou rabanan…), ils s’absorberont sans effort.
Il faudra quand même remarquer les subtilités (Ditnan-Detania, vehatnan-vehatania, Métiv-Métivei, …….)

Les mots qui reviennent "assez souvent", du type conjonction de coordination, il faut les noter sur un calepin et les apprendre.

Et enfin les mots rares, les noter au crayon entre les lignes.

Citation:
- que pensez vous de la safa beroura, est ce une aide qui me sera utile ou un frein pour devenir autonome ?

ça veut dire que vous vous débrouillez déjà bien en hébreu. (ou bien ça veut dire qu’il y a Safa Broura en français/anglais ?)

Il faut savoir utiliser Safa Broura avec intelligence, voyez ma réponse (datée du 5 juillet 2012) à une question similaire visant Artscroll :
http://www.techouvot.com/connaissances-vt15039.html
ce lien fera apparaitre les mots Artscroll en rouge pour trouver les passages concernés.

Citation:
- avez vous des conseils sur comment aborder respectivement le iyoun et la bekiout pour un débutant (ce qui n'est pas le cas de mes camarades, plus jeunes mais expérimentés dans le limoud)

Mes conseils s’adresseraient plutôt à une personne autonome et sans aucun cadre contraignant, ce qui ne sera pas votre cas à la Yeshiva.

Je me contenterai de vous dire de garder à l’esprit que le Shas fait dans les 2750 Dapim et la vie, dans les 120 ans (on espère).

Le Iyoun permet de pénétrer réellement la logique des arguments et ne pas passer à côté de l’essentiel, mais les Yeshivot ont tendance à pécher par excès d’approfondissement.

Tant qu’on est jeune comme je suppose que vous l’êtes, il semble logique de mettre en place un plan d’étude permettant de visualiser tout le shas avant d’avoir 50 ans.
A votre calculatrice…

Citation:
- nous étudions baba kama, est ce qu'il vaut mieux essayer de se fixer comme objectif de la finir d'ici la fin du zman horef (ou kaits) ou plutot se concentrer sur moins de dapim mais vraiment bien les maitriser ?


Finir et maîtriser
:)
(ou au moins maîtriser un chapitre et tout finir)


Citation:
Enfin, deuxième thèmatique sur laquelle je sollicite vos conseils et vos connaissances : Je ressens une forte sensibilité pour l'étude du moussar, et en particulier pour celui disons de l'école de Kelm et du rav Salanter.
- pourriez vous décrire la situation actuelle du monde de la torah vis a vis de cette chita ? Y a t il encore des yechivot dans cet esprit la ? *Quels sont aujourd'hui les grands baalé moussar et leur approche ?*


Trop de questions tue la question.
C’est vraiment un autre sujet, il ne faut pas mélanger les thèmes.
Je vous réponds tout de même brièvement.

Citation:
Y a t il encore des yechivot dans cet esprit la ?

Pas vraiment. Les temps changent aussi et les choses s’adaptent. Il y a bien des rabbins qui diront tenir de cette Shita, mais on ne retrouve pas exactement la même chose dans une Yeshiva de nos jours.

Citation:
- quels sont les reproches faits a ce courant, historiquement (a part que c'était nouveau) et aujourd'hui (je n'ai d'ailleurs pas bien compris la techouva dans laquelle vous supposez qu'on a reproché au moussar de rav salanter son approche qui prend en compte la psychologie, en quoi est-ce négatif ? )

Certains voient négativement tout apport de l’extérieur (=qui n’est pas propre à la tradition juive), craignant qu’il serait forcément accompagné d’influences associées et négatives.


Citation:
Je suis preneur également de tout conseil qui ne seraient pas des réponses a mes questions !


1) sur Techouvot.com , ne mêlez pas les questions qui peuvent être séparées :)

2) vivez votre année de Yeshiva en immersion totale, vous êtes sur un bateau, impossible d’en sortir, ne faites rien d’autre en parallèle (-dans la mesure du possible) et absorbez un maximum de Hashkafot au passage.

3) n’ayez pas peur de réviser 16 fois chaque page de Gmara.

4) ne cherchez pas à répondre à toutes les questions et clarifier tous les points, dans la mesure où vous sentez que vous avez compris convenablement le pshat de la gmara, il faut le réviser et avancer.

5) les résumés (des souguiot) par écrit sont plus que bénéfiques.

6) Hatsla’ha.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum