Celui qui pose son argent sur les cornes du cerf Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
MrQuestion



Messages: 69

MessagePosté le: Ven 13 Juillet 2018, 9:45 Répondre en citantRevenir en haut

Rav Wattenberg,

Dans le traité Kétouvote, on trouve l'expression :
« celui qui pose son argent sur les cornes du cerf »

Pouvez-vous m'indiquer ou se trouve cette expression, et pourquoi le cerf et pas un autre animal ?

Merci
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3411

MessagePosté le: Mar 28 Août 2018, 17:40 Répondre en citantRevenir en haut

Cette expression se trouve dans la Mishna Ktouvot (XIII, 2) soit dans la Gmara Ktouvot (107b) .

Cela correspond à l’expression française qui parle de "jeter son argent par la fenêtre".
(Il devait y avoir moins de passants dans les rues à l’époque, ou bien ils craignaient le courant d’air.)

Le Tosfot yom Tov (Ktouvot XIII, 2) explique le choix de l’animal pour sa rapidité (qui éloignerait l’argent de son propriétaire à grande vitesse).

Il ajoute une autre idée : comme on le sait, le cerf perd ses bois annuellement (vers la fin de l’hiver), l’argent qui y aurait été déposé risque tout d’abord de fuir à grande allure, mais quand bien même retrouverait-on l’animal, si l’hiver est passé, il ne serait plus porteur de notre bourse.
Il aurait éventuellement perdu et fait tomber ses bois dans un ravin ou autre endroit inaccessible, avec la bourse qui y était attachée.

Cette idée a été mentionnée aussi par le Shout Torah Lishma (§392) .

Le Tosfot ‘Hadashim sur Ktouvot (XIII, 2) parle quant à lui de la particularité qu’à le cerf de retourner la tête lorsqu’il coure, ces mouvements ajoutés à ceux de la course ne manqueraient pas d’égarer la bourse déposée sur ses bois.

Voilà pour l’origine de l’expression.

Toutefois il faut savoir que les bois du cerf ont déjà été utilisés pour faire passer des messages, dans la mesure où l’on y attache solidement ce qu’on souhaite transporter et que l’on récupère l’animal avant la fin de l’hiver, ça peut marcher.

Le Ramban écrit (Bereshit 49, 21) que certains rois utilisaient le cerf comme « facteur » car une fois élevé dans un pays du Nord, on le déposait en garde chez un souverain d’un pays du Sud qui n’aurait qu’à le libérer chargé d’un message pour être sûr qu’il s’empressera de rejoindre le pays du Nord.

Bref, c’est une sorte de pigeon voyageur.

La colombophilie militaire est quant à elle très ancienne, en Egypte, en Grèce et en Chine et plus tard les Romains l’utilisaient à grande échelle.

Pline l’Ancien écrit dans son Histoire Naturelle (Livre X, §53) que les romains les utilisaient pour la guerre et autre…

Nous avons aussi l’exemple de Noa’h qui envoya la colombe…
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum