Assé lekha rav Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Auteur Message
jacob cohen



Messages: 40

MessagePosté le: Ven 15 Mai 2015, 7:50 Répondre en citantRevenir en haut

bonjour
j'ai une question qui me derange depuis un moment
comment faire pour savoir le possek ou le rav que je vais suivre dans la halacha
et si vous me dites de me renseigner sur sa facon d'etre possek voir ce qu'il me semble le mieux qui suis je pour me fixer un avis dessus ?
et si vous me dites de prendre conseil chez un rav je vous reposerai la question a propos de ce rav la, pourquoi aller precisement chez celui-ci plus que chez quelqun d'autre ?

merci d'avance pour votre aide.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3305

MessagePosté le: Dim 17 Mai 2015, 13:08 Répondre en citantRevenir en haut

J'aurais bien voulu vous répondre mais c'est impossible, quoi que je vous dise vous vous demanderez encore pourquoi devriez-vous suivre ma réponse et si je vous en donne une raison, vous vous direz pourquoi faire confiance à cette raison...
Vous serez bien obligé à un moment de faire confiance à quelqu'un - au moins à vous-même - c'est-à-dire de vous baser sur votre instinct en considérant que telle ou telle personne semble savoir de quoi elle parle.

Je vous donne un conseil général (sans vous le donner, sans quoi vous risqueriez de vous demander pourquoi le suivre), essayez de comparer les médecins aux rabbins, il y a beaucoup de parallèles.

Lorsque vous choisissez de suivre l'avis d'un médecin ou d'un chirurgien plus que celui d'un de ses compères, sur quoi vous basez-vous pour faire ce choix ?
Certainement pas sur la couleur de ses yeux ou le pli de son pantalon.
Si vous n'y connaissez pas grand chose en médecine, vous ferez confiance à celui qui vous inspire le plus confiance, ou celui qui semble compétent de par ses réussites passées ou de l'avis de ses collègues.

Faites pareil avec les rabbins. Ce n'est pas assuré à 100%, mais c'est un début, et si vous êtes déçu par la suite, mettez-vous en recherche d'un autre rabbin, comme vous l'auriez fait pour un médecin. En plus, chez le rabbin, c'est gratuit, alors il faut se lancer.

Voyez vers la fin du 3ème chapitre du Messilat Yesharim. Lorsqu'on est perdu dans le labyrinthe, on suit les conseils de ceux qui en sont déjà sortis. C'est dans cet esprit qu'il vous faut vous tourner vers un rav en qui vous aurez confiance. Et si un jour vous estimez qu'il ne mérite plus votre confiance, changez de rabbin. Mais pour l'instant, ce que vous avez de mieux à faire est d'accorder votre confiance à l'un d'eux.
1001questions



Messages: 20

MessagePosté le: Lun 18 Mai 2015, 14:57 Répondre en citantRevenir en haut

De votre réponse rav Wattenberg il semble que si une personne a donné confiance en un Rav rien ne lui empêche de ne plus suivre dans le futur, en quelque sorte de dire que ce n'est plus son Rav si ce dernier l'a déçu.
Ma question est si vous avez un bon feeling avec un rav au niveau de ses chiourim et ses conseils en Limoud mais quand il parle de 'hinou'h par exemple vous le trouvez à coté.

Est ce que vous pouvez décider que dans ce domaine (= 'hinou'h), vous ne l'écouterez pas.

En plus clair: est-ce que la confiance en notre Rav peut être limité (et c'est moi qui fixe ces limites) ou à partir du moment où je décide que untel est mon Rav, faut il avoir une confiance à 100%, même pour des choses qui nous paraissent parfois à l'encontre du bon sens.
Ou puis-je mettre moi-même les délimitations de la confiance que je lui donne c'est à dire une confiance limitée.

Même question cette fois-ci mais plus avec son Rav, mais avec les guedolé Hador:
Exige-t-on de nous une confiance aveugle envers Rav Steinmann, Rav Haim Kaniewski un peu comme il y a chez les hassidim envers leur Rebbe ? N'y a-t-il pas un risque que ces guedolim soient utilisés par un entourage qui y aurait certains interets personnels, si oui cela rends la confiance aveugle assez problematique. D'ailleurs j'ai souvent remarqué que certains rabbanim qui donnaient des directives stoppaient les discussions en disant que ce sont les guedolim qui ont décidé ainsi (et parfois sur des choses qui ne tiennent pas la route).

Parfois je me demande si ces rabbanim ne s'immunisent par à toute sorte de questions (ou plutôt attaque) qui sont dirigés vers eux en se servant des arguments tel que "les guedolim ont dit, les guedolim ont decidés, c'est pas nous".

Par ailleurs j'ai souvent était confronté à 2 situations:

- un Rav avec des midot exceptionnelles, mais insensible à ses shiourim ou bien estomaqué par les conseils qu'il donnait.

ou bien

- un rav avec des supers shiours, de très bons conseils, très bonne compréhension humaine, mais dont les midots me dérangent.

Comprenez qu'il m'est difficile d'avoir une confiance absolue ni en l'un ni en l'autre. Mais si je peux limiter ma confiance en eux, alors pas de problèmes, je peux faire la part des choses.

En fait j'ai un mal fou à ecouter un Rav à 100% car je suis très critique et il y aura toujours quelque chose qui me dérange (je ne viens pas leur reprocher, ce sont des hommes avec leurs défauts), mais on entend toujours en permanence que ce que le Rav dit, il faut l'écouter car il a daat re'hava (largesse d'esprit) et voit des choses que l'élève ne voit pas (un peu comme un enfant avec ses parents) et afilou omer lecha al yamin shehou smaule, etc. Bref, le discours qui doit vous être connu.

Mais le problème soulevé par Jacob Cohen est un réel problème qui est général, à savoir quels facteurs et paramètres une personne doit prendre en compte pour donner sa CONFIANCE. Quand il est un non-initié/débutant/non expérimenté envers un spécialiste/professionnel/expérimenté.

Et l'analogie que vous donnez avec les médecins est juste mais il en reste que, plus quelqu'un est ignorant dans un domaine, plus le fait de donner sa confiance lui sera difficile et risqué.
Il est évident qu'un médecin a plus de facilité pour donner sa confiance à un autre médecin que quelqu'un qui n'y connait rien en médecine.

Tout ça pour en arriver au problème du baal teshouva qui aura énormément de mal a donner ça confiance en quelqu'un car il n'a pas assez de "background" et repère pour le faire. Et perso je trouve que beaucoup de rabbins exploitent cette naïveté pour donner parfois des conseils à des baalé teshouva qui ne vont pas dans l'intérêt de leurs élèves. Et le Baal teshouva lui n'ayant pas vers qui se tourner, écoute le Rav en qui il a confiance, alors qu'en fait le Rav défend ses intérêts.

Juste un exemple: Combien de gens arrivent en Israel avec la description du olam hayeshivot comme un monde merveilleux, et quand il arrive, il découvre un monde à des années lumières du milieu que leur Rabbanim leur ont décrit. Certains argumenteront qu'ils sont naïfs, mais en réalité ce n'est pas de la naïveté mais de la confiance qu'ils ont donné en ces Rabbanim. Que peut-on reprocher à ces élèves (d'avoir écouté leur rabbanim !!!).

La conséquence de ce probleme ce sont des baalé teshouva qui vont décider de ne plus faire confiance en quiconque (comme toute personne qui s'est fait tromper, la méfiance s'installe), et cette voie est très dangereuse car en Torah on ne peut avancer sans Rav au risque de commettre des énormités.

J'ai vu trop de Baalé teshouva qui n'ont plus de rabbanim à cause de ça et quine se referrent qu'aux sefarim uniquement, en faisant toute de diyoukim absurdes dans des sefarim qu'ils lisent.

ou bien 2eme solution:

Faire le tour des rabbanim quand il a une question ou un doute au même titre que quelqu'un qui s'est fait arnaqué par un garagiste (et qui n'a plus confiance aux garagistes ira faire 3-4 devis avant de réaliser des travaux sur sa voiture), mais bon on m'a toujours enseigné qu'on ne pose pas une question a deux rabbanim car c'est un manque de confiance (oui mais c'est la tout le problème)

Pour être plus clair: Est-ce que vous pensez qu'un élève doit écouter son rav, quand le Rav a un intérêt dans la réponse qu'il va donner ?
Plus précisément, pensez-vous que les rabbanim d'aujourd'hui lorsque leurs intérêts personnels vont à l'encontre de l'intérêt de l'éleve, les rabbanim iront dans l'intérêt de l'élève quitte à aller contre leurs propres intérêts ?
Perso j'ai du mal a le croire comme on le voit récemment aux appels d'Alya par les rabbanim francophones Israélien et les appels des Rabbanim Français à rester en France.

Sans vouloir choquer j'ai l'impression que beaucoup de Baale teshouva sont abusés justement à cause de ce problème de confiance et les baalé teshouva les plus respectueux envers les rabbanim de départ ne le sont plus toujours envers eux après 10-15 ans de Limoud.

Voila dans mon post il n'y pas que des questions mais aussi des affirmations. Si elles sont fausses merci de me le faire savoir.

Encore Mille merci pour vos réponses Rav Wattenberg et pour tout le temps que vous nous accordez.
jacob cohen



Messages: 40

MessagePosté le: Ven 22 Mai 2015, 7:04 Répondre en citantRevenir en haut

merci mais personnellement j'aurais du mal a juge de cette maniere les poskim quand je me trouve en face d'une ma'hlokete entre par exemple rav ovadia yossef,rav elyachiv et rav ben tsion
Quand il s'agit d'un medecin qui doit donner son avis s'il faut operer ou pas on pourrait juger ses competences selon les consequences de sa decision et la suite de la maladie mais quand je me trouve devant une mahlokete si on a le droit pendant chabbat de faire tel ou tel chose le probleme est que justement les competences des different rabbamim qui se trouve devant moi ne me font aucun doute puisqu'ils ont tous etudie le sujet a fond plus d'une fois et ont tous ramene des preuves pour leur psak final et ont tous repousse avec force l'avis des autres donc comment moi qui n'ait pas etudie la sougya pourai-je juge leur psak!!
(et bien que ce soit la question deja pose dans massehet haguiga daf 3b la solution d'etudier tout a fond ne me semble pour le moment pas a ma portee)
1001questions



Messages: 20

MessagePosté le: Jeu 26 Mai 2016, 10:50 Répondre en citantRevenir en haut

Ai-je été censuré, ou ma question est-elle en attente ?
Comme j'ai oublié mon mail avec lequel je dialogue sur techouvot,
je n'ai pas moyen de savoir l'état de ma question.

Merci pour tout, quand meme.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3305

MessagePosté le: Lun 02 Juillet 2018, 16:47 Répondre en citantRevenir en haut

A 1001questions :

Citation:
Ai-je été censuré, ou ma question est-elle en attente ?

Non, vous n’avez pas été censuré, la question est en attente, comme beaucoup d’autres.

Maintenant que je la vois, je vous donne un conseil pour que vos questions aient des chances d’êtres traitées plus rapidement : veillez à être concis et court.

Votre message est très long, ceux qui répondent ont tendance à ne pas lire les longs messages.

Si vous avez plusieurs questions, il vaut mieux les poser une à une.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3305

MessagePosté le: Lun 02 Juillet 2018, 16:48 Répondre en citantRevenir en haut

A Jacob Cohen :

Je ne vois pas vraiment la différence avec les médecins.

Vous citez trois rabbins que vous considérez très compétents, eh bien imaginez trois chirurgiens que vous considéreriez très compétents aussi, et qui pourtant ne seraient pas d’accord.
Que faire ? Lequel suivre ?

Je pense que ce que vous ferez dans ce cas, c’est de tenter de vous faire une opinion personnelle en vous basant sur plusieurs choses, dont votre ressenti en lui parlant, l’opinion de ses collègues à son sujet, etc.

Vous écrivez que pour le médecin « on pourrait juger ses compétences selon les conséquences de sa décision et la suite de la maladie », mais que feriez vous s’il y a « ma’hloket » entre les médecins s’il faut ou non opérer dans un cas d’éventuel danger de mort ? Dans un cas où l’on ne pourra pas savoir si la décision était ou non la meilleure.
Il faudra prendre une décision en fonction de l’importance du sujet et de sa gravité.

C’est ce que vous pouvez faire entre plusieurs rabbanim.

Si vous n’avez aucun moyen d’arbitrer et choisir entre les 3 rabbins que vous citez, c’est parce que vous ne connaissez aucun d’entre eux et vous n’avez pas (assez) eu l’occasion d’étudier leurs écrits.

Dans ce cas, référez-vous à un Rav en qui vous avez confiance pour qu’il vous indique ce qu’il pense être la halakha ou à défaut, lequel des trois suivre.

Théoriquement, vous ne devriez PAS être confronté au doute qui vous dérange.
Vous ne devriez pas hésiter entre ces trois rabbanim.
Vous devriez avoir VOTRE Rav et le suivre.

Si votre Rav pense suivre l’un de ces trois rabbins, c’est très bien, s’il pense comme un quatrième, c’est aussi très bien.
Mais si vous n’avez pas les moyens de peser le pour et le contre entre les rabbins, ce n’est pas à vous qu’il revient de faire ce type de choix, vous devez plutôt vous référer à un rav que VOUS connaissez et en qui VOUS avez confiance et c’est à lui de faire le choix de la Halakha.

C’est pareil avec les chirurgiens, si vous ne connaissez aucun des trois chirurgiens, n’avez parlé à aucun des trois, que vous avez entendu monts et merveilles et histoires époustouflantes sur chacun des trois et que vous ne savez absolument pas lequel choisir, dans ce cas, référez-vous à un médecin que vous connaissez, en qui vous avez confiance et qui sait distinguer entre ces trois chirurgiens.
C’est lui qui vous donnera le conseil adapté.

L’idéal pour cela est d’avoir un ami/une connaissance assez intime qui serait assez calée en médecine. C’est vrai.
C’est aussi le cas pour la Halakha. Il faut avoir un rabbin en qui vous avez confiance.
C’est lui qui vous dirigera pour savoir ce que vous devez faire entre ces trois rabbins ou s'il faut en suivre un quatrième.
Rav Binyamin Wattenberg




Messages: 3305

MessagePosté le: Lun 02 Juillet 2018, 16:48 Répondre en citantRevenir en haut

A 1001questions (dont le pseudonyme explique la longueur du post) :


Citation:
Ma question est si vous avez un bon feeling avec un rav au niveau de ses chiourim et ses conseils en Limoud mais quand il parle de 'hinou'h par exemple vous le trouvez à coté.
Est ce que vous pouvez décider que dans ce domaine (= 'hinou'h), vous ne l'écouterez pas.


C’est plutôt sur le limoud qu’il faut se poser des questions !
Si votre Rav est « à côté » en ‘Hinoukh, comment ne craignez-vous pas qu’il soit (en réalité) aussi « à côté » en limoud ?


Citation:
En plus clair: est-ce que la confiance en notre Rav peut être limité (et c'est moi qui fixe ces limites) ou à partir du moment où je décide que untel est mon Rav, faut il avoir une confiance à 100%, même pour des choses qui nous paraissent parfois à l'encontre du bon sens.
Ou puis-je mettre moi-même les délimitations de la confiance que je lui donne c'est à dire une confiance limitée.


Dans la théorie, un rav en qui on a confiance, on le comprend assez pour SAVOIR que même lorsqu’on ne comprend pas ses directives, il doit certainement avoir raison.
S’il n’est bon qu’en « Limoud » mais qu’il dit un peu n’importe quoi en ‘Hinoukh, vous ne lui faites pas réellement confiance. Donc n’écoutez pas non plus ses conseils en Halakha.
Il faut trouver un Rav qui vous semble sensé, intelligent, érudit, honnête et gentil.
S’il manque une de ces cinq qualités, il devient difficile de lui faire confiance les yeux fermés.

Dans l’hypothèse où vous n’auriez jamais rencontré un tel rav (c’est que vous n’avez peut-être pas assez cherché…) , j’avoue qu’il est très difficile (voire totalement irresponsable) de faire confiance à un rav uniquement parce qu’il sait traduire et expliquer une Gmara selon Rabbi Akiva Eiger et le Ktsot Ha'hoshen .

Avoir un rabbin ne se résume pas à connaître un bonhomme à appeler pour célébrer des mariages et enterrements. Assé Lekha Rav veut dire tisser un lien assez solide avec un Rav au point d’apprécier en lui les cinq points cités plus haut et ainsi avoir confiance en son jugement.


Citation:
Même question cette fois-ci mais plus avec son Rav, mais avec les guedolé Hador:
Exige-t-on de nous une confiance aveugle envers Rav Steinmann, Rav Haim Kaniewski un peu comme il y a chez les hassidim envers leur Rebbe ?


Tout dépend de ce que vous entendez par ce « on » (dans « Exige-t-on de nous»).
Pour ma part, je n’exige pas de vous cette confiance aveugle telle que vous la décrivez envers lesdits rabbanim, mais je ne puis vous garantir l’absence chez d’autres d’une telle exigence envers vous.

Je ne me pose pas ici la question de savoir si Rav Kanievsky lui-même l’exige, je dis juste que certains (et ils sont très nombreux dans son entourage au sens large) exigent de chaque juif une confiance aveugle en Rav Kanievsky .

Selon moi, ce concept des « Gdolim » a été revisité ces dernières décennies pour ressembler de plus en plus à celui du Rabbi ‘Hassidique qui donne ses conseils plutôt par « Roua’h Hakodesh » que par ‘Hokhmat Hatorah.

C’est un phénomène moderne dans le monde non-‘hassidique.

Jusqu’à présent (ou assez récemment) , il n’avait été question d’écouter aveuglément un Rav que de la même manière qu’on écoute aveuglément le médecin que l’on connait (chacun dans son domaine de compétence, qui dans la Torah, qui dans la médecine) .
Les ‘Hassidim ont inventé l’idée selon laquelle chaque Rabbi est en mesure de répondre par « Roua’h Hakodesh » comme un prophète ou comme le Ourim Vetoumim.
Dès lors, sa réponse est pertinente même s'il n'a pas été informé convenablement de la situation ou des détails clés et il convient aussi de le consulter sur des sujets qui n’ont rien à voir avec la Torah [/les Midot/le Moussar/la Yirat Shamayim/le Limoud].

Les autres juifs y étaient opposés.

En fait, même parmi les plus grands de la ‘Hassidout nous trouvons des oppositions très nettes (et parfois même très fermes) à cette innovation.

Très étrangement, le monde des Mitnagdim, après avoir mené la guerre au monde des ‘Hassidim pour leurs innovations, se range de plus en plus à ses côtés, dans la pratique comme dans la pensée.



Citation:
N'y a-t-il pas un risque que ces guedolim soient utilisés par un entourage qui y aurait certains interets personnels,

Certains vous diraient qu’il ne s’agît plus seulement d’un risque ou d’une crainte, mais d’un problème avéré.
Bien entendu, si vous posez la question à ce même « entourage », ils ne partageront pas cet avis.


Citation:
si oui cela rends la confiance aveugle assez problematique.

En effet.
C’est pourquoi je prône la confiance aveugle mais pas stupide, c-à-d faire confiance à SON propre spécialiste et libre à lui de se référer (lorsqu’il le juge opportun) à plus grand que lui, parmi ces maîtres incontestés et bien connus.


Citation:
D'ailleurs j'ai souvent remarqué que certains rabbanim qui donnaient des directives stoppaient les discussions en disant que ce sont les guedolim qui ont décidé ainsi (et parfois sur des choses qui ne tiennent pas la route).

Là, il va être difficile de faire des généralités.
D'abord, êtes-vous sûr de pouvoir définir ce qui tient ou non la route?

Ensuite, il arrive que des rabbanim se rangent derrière l’opinion de Gdolim pour éviter d’avoir à expliquer certaines choses à ceux qui ne sont pas en mesure ou en droit d’en avoir connaissance.

D’autres fois, c’est plutôt parce que leur propre feeling les pousse à croire que ledit Gadol a parfaitement compris l’enjeu et il convient donc de lui faire confiance les yeux fermés (comme avec le chirurgien) (cf. ma réponse à Jacob Cohen ) .

Et enfin, il peut aussi y avoir des rabbanim convaincus par les sbires et « l’entourage » des Gdolim qui vous diront de faire de grosses bêtises sous couvert d’un « Gadol » qui n’a en fait pas été informé convenablement de tout ce qu’il fallait savoir pour se prononcer.

Bref, pour bénéficier de l’opinion d’un Gadol, il faut avoir un décodeur en la personne d’un rav qui peut faire le pont entre vous et ledit Gadol.
Un Rav qui remplit les conditions nécessaires et qui incarne les cinq points cités plus haut, un Rav en qui VOUS avez CONFIANCE.

Si vous n’avez pas de Rav en qui vous avez confiance, vous avez un problème. Il ne faut pas croire qu’il suffit de s’en passer, car lorsque vous aurez besoin d’un spécialiste, vous ne saurez pas lequel suivre, ni comment le comprendre etc.
C’est comme avec le médecin ou le garagiste…

Un ami m’avait raconté une histoire (qui date d’il y a à peu près 25 ans) le mettant en scène ainsi que Rav Kanievsky et son Rosh Yeshiva (le Rav Alain Samuel שליט"א , qui est un grand Talmid ‘Hakham et un très grand Tsadik, ceux qui le connaissent n’en doute pas un instant) .
Il était allé poser une question à Rav Kanievsky , accompagné de son Rosh yeshiva.
Le rav Kanievsky a donné sa réponse de manière très tranchée et sans équivoque. Ils sont sortis et –immédiatement- son Rosh Yeshiva lui a demandé d’oublier ce qu’il avait entendu et lui a donné une directive totalement opposée à ce que venait de dire rav Kanievsky .

Ce qui prouve bien qu’il ne s’agît pas de faire confiance aveuglément de manière stupide, mais que cela doit passer par son Rav que l’on connait et en qui on a confiance.


Citation:
Par ailleurs j'ai souvent était confronté à 2 situations:
- un Rav avec des midot exceptionnelles, mais insensible à ses shiourim ou bien estomaqué par les conseils qu'il donnait.
ou bien
- un rav avec des supers shiours, de très bons conseils, très bonne compréhension humaine, mais dont les midots me dérangent.
Comprenez qu'il m'est difficile d'avoir une confiance absolue ni en l'un ni en l'autre. Mais si je peux limiter ma confiance en eux, alors pas de problèmes, je peux faire la part des choses.

Lorsque vous avez « un Rav avec des midot exceptionnelles » et que vous êtes « insensible à ses shiourim ou bien estomaqué par les conseils » qu'il donne, c’est qu’il s’agît d’un niais.
Il est gentil, c’est bien, mais cela ne suffira pas.

Et quand vous avez « un rav avec des supers shiours, de très bons conseils, très bonne compréhension humaine, mais dont les midots me dérangent », à moins que vous ne soyez particulièrement difficile sur les Midot, c’est donc que ce « rav » fait preuve de mauvaises Midot, dans ce cas, נבלה טובה הימנו.
Ce n’est certainement pas la personne à suivre.
Voyez Moed Katan (17a) et ‘Haguiga (15b) : si le Rav ressemble à un « ange », que l’on suive ses enseignements, s’il ne ressemble pas à un « ange », qu’on ne suive pas ses enseignements.

[Mais si vous parlez d’un rav qui se comporte bien, seulement vous n’appréciez pas trop ses Midot, sans pour autant pouvoir dire qu’il ait de mauvaises midot, c’est juste que vous êtes difficile et exigeant avec les rabbanim, c’est autre chose.

J’ajoute cela car je sais qu’il y a
–particulièrement en France ?- des gens qui sont extraordinairement exigeants avec les rabbanim.
Ils attendent d’eux d’être des surhommes en toute situation, de tout savoir, de tout comprendre, de penser à tout, de tout prévoir, d’être extraordinairement courageux, infatigables, inébranlables, de n’avoir aucune faiblesse humaine, aucune paresse, etc. etc.
Bref, certains attendent du Rav d’être réellement un ange, pas seulement qu’il lui ressemble.

Ce doit être une mauvaise Mida qui les pousse à vouloir se rassurer en imaginant le Rav totalement extra-terrestre, ainsi, il leur est possible d’admettre que le Rav leur soit « supérieur » et il leur devient possible de le respecter.
(ça a aussi l'avantage de permettre au fidèle de se dédouaner de faire des efforts, n'étant qu'un être humain, il n'aspire pas à lui ressembler totalement.)

C’est le genre de personnes qui, après avoir lu dans la biographie de Rav Moshé Feinstein qu’il lui est arrivé une fois d’étudier dehors la nuit à la campagne avec une lampe et les moustiques ne venaient cependant pas le déranger, vont juger négativement un Rav qui ne produirait pas le même effet de terreur sur les moustiques.
S’ils lisent dans cette même biographie que Rav Feinstein ne dormait que 4h par nuit, ils vont condamner tout Rav qui dormirait plus.
S’ils ont entendu dire que tel Rav faisait Tikoun ‘Hatsot toutes les nuits ou que tel autre jeûnait tous les lundis et jeudis, ils considéreront cela comme jauge à Tsidkout des rabbanim, sans même remarquer qu’aucun des rabbins dont ils ont lu les exploits
(souvent exagérés) ne cumulait la totalité des atouts qu’ils exigent de chaque rav…]


Citation:
En fait j'ai un mal fou à ecouter un Rav à 100% car je suis très critique et il y aura toujours quelque chose qui me dérange (je ne viens pas leur reprocher, ce sont des hommes avec leurs défauts), mais on entend toujours en permanence que ce que le Rav dit, il faut l'écouter car il a daat re'hava (largesse d'esprit) et voit des choses que l'élève ne voit pas (un peu comme un enfant avec ses parents) et afilou omer lecha al yamin shehou smaule, etc. Bref, le discours qui doit vous être connu.


Gardez à l’esprit la comparaison avec le médecin et tentez de trouver un rav qui regroupe les cinq points cités plus haut, ensuite, vous n’aurez plus de difficulté à faire confiance à ce Rav lorsqu’il convient de lui faire confiance (=s’il a bien cerné le problème, qu’il est au courant de tout, etc.)

Citation:

l'analogie que vous donnez avec les médecins est juste mais il en reste que, plus quelqu'un est ignorant dans un domaine, plus le fait de donner sa confiance lui sera difficile et risqué.
Il est évident qu'un médecin a plus de facilité pour donner sa confiance à un autre médecin que quelqu'un qui n'y connait rien en médecine.


J’y réponds plus haut (désolé, je n’ai pas pris le temps de lire tout votre message avant d’y répondre, j’y répond au fur et à mesure que je le découvre).

Citation:
Tout ça pour en arriver au problème du baal teshouva qui aura énormément de mal a donner ça confiance en quelqu'un car il n'a pas assez de "background" et repère pour le faire. Et perso je trouve que beaucoup de rabbins exploitent cette naïveté pour donner parfois des conseils à des baalé teshouva qui ne vont pas dans l'intérêt de leurs élèves. Et le Baal teshouva lui n'ayant pas vers qui se tourner, écoute le Rav en qui il a confiance, alors qu'en fait le Rav défend ses intérêts.


Je ne viens pas vous dire qu’il n’y a pas de bandits ou de rabbanim stupides ou méchants.
Il y a déjà une différence avec les médecins, c’est que « Rav » n’est pas une appellation contrôlée.
Tout le monde peut se targuer d’être un érudit et s’affubler du/s’approprier le titre de « rav ».
Donc s’il y a –chez les médecins, des individus complètement stupides ou dérangés, à plus forte raison y en aura-t-il chez les « rabbins ».



Citation:
J'ai vu trop de Baalé teshouva qui n'ont plus de rabbanim à cause de ça et quine se referrent qu'aux sefarim uniquement, en faisant toute de diyoukim absurdes dans des sefarim qu'ils lisent.

Oui, hélas.
Il y a aussi des personnes qui ne font plus du tout confiance aux médecins et ne se réfèrent qu’à internet (uniquement les sites où aucun médecin ne donne son avis) et passent par l’automédication.
Ils ont pris soin de découper en petits morceaux leur carte vitale avant de la faire fondre au four à micro-ondes et d’en brûler les restes avant d’en jeter les cendres dans la cuvette des toilettes.
Qu’y puis-je ? Il y a des idiots partout.

Celui qui est déçu d’un médecin, puis d’un autre, s’il n’est pas idiot, ira en chercher un troisième et s’il le faut un quatrième, jusqu’à en trouver un bon (puisqu’on sait qu’il en existe de bons).
Idem pour les rabbins, le fait d’être tombé sur un mauvais rabbin ne doit pas décourager d’en chercher un meilleur.

Citation:
ou bien 2eme solution:
Faire le tour des rabbanim quand il a une question ou un doute au même titre que quelqu'un qui s'est fait arnaqué par un garagiste (et qui n'a plus confiance aux garagistes ira faire 3-4 devis avant de réaliser des travaux sur sa voiture),


Rien ne vaut la confiance qu’on a en un vrai garagiste/médecin/rabbin. Même si l’enjeu dépasse ses compétences, il saura nous diriger vers la bonne personne.


Citation:
mais bon on m'a toujours enseigné qu'on ne pose pas une question a deux rabbanim car c'est un manque de confiance (oui mais c'est la tout le problème)

Ce n’est pas pour le manque de confiance. C'est autre chose, ce qu'on appelle "faire son marché dans la Halakha". J'en parle ailleurs sur Techouvot je crois.


Citation:
Pour être plus clair: Est-ce que vous pensez qu'un élève doit écouter son rav, quand le Rav a un intérêt dans la réponse qu'il va donner ?
Plus précisément, pensez-vous que les rabbanim d'aujourd'hui lorsque leurs intérêts personnels vont à l'encontre de l'intérêt de l'éleve, les rabbanim iront dans l'intérêt de l'élève quitte à aller contre leurs propres intérêts ?


Je vous pose la même question sur le chirurgien ou le garagiste.
Probablement que chacun suivra son intérêt personnel.
C’est que j’écrivais plus haut, car ça dépend de l’honnêteté du rav. C’est un des cinq points cités.
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet


 Sauter vers:   



Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum